Aller au contenu
Forum GNV Gaz-Mobilite.fr

Biogaz4Life et les 4L au GNV


Recommended Posts

J’ai eu l’occasion de rencontrer une partie de la joyeuse équipe de Biogaz4Life (déjà aperçue à plusieurs reprises sur le site), à l’occasion de leur passage en Bretagne.

Je n’en dit pas plus puisque il devrait y avoir un article à paraître prochainement sur le site…

Je vous partage  quand même une vidéo assez sympathique qu’ils ont réalisé autour du BioGNV produit à la ferme.

D’ailleurs, la ferme que l’on voit dans la vidéo, située en Dordogne, disposera dès cet été si tout va bien d’une station 100% BioGNV, disponible 24/24 avec paiement par carte.

 

 

@Samuel Bodin je leur ai bien vendu la Romac pour leurs pleins en France et en Espagne pour leur trajet vers le 4L Trophy en mai prochain 😉

  • Like 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est rassurant de savoir que certains agriculteurs ne se contentent pas de cultiver du maïs ou des betteraves uniquement dans le but de produire des agrocarburants en période de pénurie alimentaire. 

La vidéo est très réussie. C'est une très bonne initiative de part et d'autre.

  • Like 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Charybdis, ce risque de production agricole "spécial biogaz" est un vrai risque.
Cette vidéo date de mars 2021, il y a un an. Mais la situation évolue, la production de biométhane devenant tout d'un coup une urgence nationale avec le conflit Russie-Ukraine. Comme l'indiquent les articles de Michaël Torregrossa dans la rubrique Actus : le 16 mars 2022 "Biométhane : la France renforce ses aides au raccordement" (lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/actus/biomethane-france-renforce-aides-raccordement-3253.html) et le 21 mars 2022 "Crise de l'énergie : il faut libérer le potentiel du biogaz" (lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/actus/crise-energie-liberer-potentiel-biogaz-3256.html) et les articles de Jean-Luc Poncin du 02 mars 2022 "Le biométhane comme solution pour sortir de la crise du prix du gaz" (lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/actus/biomethane-solution-sortir-crise-gaz-3239.html) et du 11 mars 2022 "L'UE double ses objectifs de production de biogaz" (lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/actus/ue-double-objectifs-production-biogaz-3248.html)
Et comme évoqué dans un autre fil de discussion, sur les excès d'opinion du site moteurnature (lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/boycott-du-gnv-par-les-médias-121/?do=findComment&comment=4452), il y a aussi un risque d'excès sur la production agricole. Encourager et soutenir une méthanisation d'échelle locale et raisonnable, c'est recommandé 4751.gif. Par contre, le développement de méga-unité présente le risque d'une production agricole qui va se tourner vers la production végétale à vocation énergétique plutôt qu'alimentaire et là ce serait désastreux 2043.gif

Les cultures principales dédiées à la production énergétique sont limitées. Le décret n° 2016-929 du 7 juillet 2016 fixe des seuils maximaux d’approvisionnement des installations de méthanisation. Ainsi, les installations de méthanisation de déchets non dangereux ou de matières végétales brutes peuvent être approvisionnées par des cultures alimentaires ou énergétiques à hauteur de 15 % du tonnage brut total des intrants par année civile. (lien ici https://www.methafrance.fr/la-methanisation-en-france/les-matieres-organiques).
Mais on peut y mettre également sans limite les produits d'une Culture Intermédiaire à Vocation Énergétique (CIVE) - une culture implantée et récoltée entre deux cultures principales dans une rotation culturale.

Et en discutant avec des agriculteurs, il y a des pratiques qui détournent l'idée des CIVE. Cette pratique est pointée dans le rapport d'information du Sénat de septembre 2021 (lien ici https://www.senat.fr/rap/r20-872/r20-8721.pdf) au nom de la mission d’information sur « la méthanisation dans le mix énergétique : enjeux et impacts », présenté par le Sénateur Daniel SALMON, Voici un extrait "En pratique, il existe un risque que les CIVE deviennent, économiquement, la source de revenus principale de certaines exploitations agricoles, potentiellement au détriment des productions à destination de l’alimentation humaine ou animale, si les rotations et les pratiques culturales étaient revues pour favoriser le développement des CIVE. Les cultures principales peuvent ainsi être modifiées pour être récoltées plus tôt – en privilégiant par exemple l’orge au lieu du blé – afin de permettre aux CIVE d’avoir une saison de culture plus longue. À cet égard, les CIVE peuvent également épuiser la réserve utile des sols, au détriment du rendement de la culture suivante. En pratique, la culture des CIVE peut enfin nécessiter des efforts supplémentaires de fertilisation, voire d’irrigation (pour les CIVE d’été), par rapport à un sol nu ou une interculture non récoltée et laissée au champ (comme les CIPAN), instaurant une compétition hydrique et azotée entre les cultures principales et intermédiaires, pouvant s’aggraver avec le dérèglement climatique, qui induira une augmentation des épisodes de sécheresse."1166.gif

 

  • Like 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Créer...