Aller au contenu
Forum GNV Gaz-Mobilite.fr

Alberi

Members
  • Compteur de contenus

    191
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    37

Tout ce qui a été posté par Alberi

  1. Alberi

    Prix du GNV

    @Gazor, merci pour ton avis, mais attention il ne faut pas qu'on fasse dévier ce fil de discussion vers un autre sujet, sinon on va se faire rappeler à l'ordre . Actuellement, c'est l'électricité issue du nucléaire qui est la moins chère (ne prenant pas en compte certaines externalités). Dès lors, Enercoop qui s'en démarque doit relever ses tarifs en assumant son approvisionnement plus vert. Un fournisseur d'électricité militant en quelque sorte. En Belgique, Ecopower, un fournisseur coopératif d'électricité verte arrive à avoir des tarifs moins chers que la concurrence.
  2. @Davidb, article intéressant. Je n'ai pas bien compris la composition, du méthanol ? L'avantage est qu'il est en phase liquide ce qui est plus simple à manipuler et est source de moins de perte qu'un carburant gazeux. Mais vu qu'il est produit à partir de méthane et que toute étape supplémentaire dans la production d'un carburant entraîne une dépense d'énergie et des pertes, dans l'analyse de cycle de vie du carburant, il va émettre plus de gC02 que le bioGNV. Maintenant, si cela permet une adaptation plus économique des moteurs thermiques essence ou diesel, pourquoi pas ! Il faut voir les bilans complets, mais il peut s'agir là d'une piste intéressante.
  3. Alberi

    Conversion véhicule GNC en GNL

    @Zasquash, il en est où le projet de tondeuse à gazon fonctionnant au GNL fait maison ?
  4. Alberi

    Prix du GNV

    @Xtof, ce sujet est abordé d'abord dans ce fil de discussion (lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/pourquoi-ne-peut-on-pas-faire-le-plein-à-la-maison-46/?do=findComment&comment=166), 2 mots également dans ce fil de discussion (lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/gnv-ou-gpl-120/?do=findComment&comment=683). Une relance du sujet plus récente a eu lieu sur le Drim'In Saclay 2019, journées d’innovation collaborative autour de la transition énergétique et écologique et de défi portées par des entreprises. Ainsi le défi porté par GRTgaz en 2019 (lien ici https://driminsaclay.fr/defis/grt-gaz/) et qui avait été relayé dans la rubrique Actus du site (lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/actus/gnv-station-remplissage-domicile-abordable-grand-public-2218.html). Le défi était autour de ces solutions à domicile "des offres sont déjà disponibles sur le marché, commercialisées autour de 4 000€/pièce, ce qui est trop élevé. L’objectif est de développer un dispositif dont le coût cible est estimé à 300/400€/pièce." Les résultats ont été évoqués dans ce fil de discussion (lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/station-gnv-138/?do=findComment&comment=817), mais rien de probant en est sorti. Et effectivement, vu les prix actuels en station et vu que le prix en gaz combustible a été bloqué par le gouvernement, ces solutions de plein à la maison serait intéressante à condition d'avoir des mini-stations dont le coût diminue d'un zéro comme proposé dans le défi Drim'In Saclay 2019. Et également, ces solutions de remplissage maison pourrait aussi compenser en terme d'image pour le GNV la possibilité pour les véhicules électriques de faire le plein chez eux. @Claireomatic s'était lancée dans des calculs pour le coût électrique dans ce fil de discussion https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/consommation-du-compresseur-dans-une-station-482/?do=findComment&comment=2473 en décembre 2020.
  5. Alberi

    Prix du GNV

    @Jerome, roulant à l'essence et avec le réservoir gaz plein (à 3,24€/kg ) au moment de mon passage imprévu à la station Molgas de Sainte-Geneviève-des-Bois, j'ai "inspecté" la station. Sur la borne de paiement, il y a le logo CB - Visa et pleins d'autres, 2 lignes de logo variés etc ...., donc on peut payer avec la Carte Bancaire. @Yann nous a signalé le 07 juin 2021 qu'on pouvoit payer en CB (lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/station-molgas-567/?do=findComment&comment=3116). @Samuel Bodin nous a signalé le 06 septembre 2021 que la station Molgas acceptait la carte Romac (voir lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/romac-fuels-608/?do=findComment&comment=3548) mais le logo n’apparaît pas sur la borne. Il faudrait le signaler à Molgas pour améliorer la visibilité de la carte Romac sur la seule station GNC Molgas du pays.
  6. Alberi

    Prix du GNV

    @Gazor et @Claireomatic, moi aussi, j'ai retenu qu'Enercoop souhaite une relation entretenue avec les producteurs. Je n'ai pas d'éléments directs pour l'attester, mais j'avais retenu (à l'époque de mon choix d'Enercoop) qu'Enercoop s'adressait notamment aux petits producteurs d'électricité qu'EDF négligeait. Ainsi par exemple, sur ce lien : https://www.enercoop.fr/la-production-de-notre-electricite/nos-producteurs, il est indiqué qu'il y a 300 producteurs en lien direct avec Enercoop (49% installations éoliennes; 45% centrales hydrualiques; 5% installations photovoltaïques et 1% centrale biomasse). Dans ces liens vidéos (moins de 2 minutes chacune), on voit le type de relations entre Enercoop et ses petits fournisseurs (lien ici https://www.youtube.com/watch?v=ZUFM1ezeVOg pour un producteur hydraulique, https://www.youtube.com/watch?v=NBO2ViJLIXc pour un producteur éolien, https://www.youtube.com/watch?v=_TNV-cKv5YA&t=21s pour un producteur solaire, https://www.youtube.com/watch?v=n2pJkJjxS3o pour un autre producteur solaire, https://www.youtube.com/watch?v=qL2u_C2WBPc producteur en hydroélectricité, https://www.youtube.com/watch?v=VfIk65s5ut4 production solaire, https://www.youtube.com/watch?v=ezWxbH62hZs producteur éolien. @Claireomatic, merci pour le lien vidéo sur l'augmentation du tarif de l'électricité qui m'avait échappé. On y voit que beaucoup de contrats avec les producteurs sont indexés sur le marché de l'électricité, ce qui met Enercoop en difficulté actuellement et qu'Enercoop souhaiterait faire passer ces contrats en prix fixes pour être moins dépendant des aléas actuels du marché.
  7. Bonjour, Ces derniers mois ont vu une augmentation significative du prix du gaz naturel avec les conséquences sur le prix du GNV. En dehors du gaz combustible, l'augmentation sur le gaz carburant n'a pas fait l'actualité, à part sur le site https://www.gaz-mobilite.fr/actus/. En Italie, il en va tout autrement, car le gaz naturel représente presque 40% de la couverture énergétique (notamment pour la production d'électricité quasi 50% - il n'y a pas de nucléaire ) (lien ici https://fr.wikipedia.org/wiki/Énergie_en_Italie). La place du GNV est importante également 2,1% du parc total (1,088 millions de véhicules en 2020) (lien ici https://www.ansa.it/canale_motori/notizie/eco_mobilita/2021/04/27/metano-per-auto-in-aumento-circolante-e-immatricolazioni_2d238af2-6b50-4a51-82d1-4e100a8bc8a6.html). Je propose de mettre quelques extraits d'articles de presse italiens parus début octobre 2021 au début de la crise du GNV (ma traduction), qui montre que l'écho de ces hausses a été beaucoup plus importants chez nos voisins transalpins, avec des prises de positions plus incisives des associations professionnelles.
  8. Alberi

    Prix du GNV

    Devant le passage à 3,24€/kg pour le prix Engie à la station de Marcoussis (la plus proche de chez moi), j'ai décidé de rouler sur la partie Essence. Mais 24h après, je change d'avis et je retourne au gaz après avoir fait 39 km à l'essence ! Les aléas de disponibilité d'article de bricolage m'ont fait aller de façon imprévue à la Z.I. de la Croix-Blanche de Sainte-Geneviève-des-Bois et je suis passé (pour la 1ère fois) voir la station Molgas qui est dans cette Z.I.. Le prix y est à 1,963€/kg, ce qui est franchement plus raisonnable par rapport au 3,24€/kg d'Engie. Je n'y ai pas fait le plein, vu que j'avais rempli mon réservoir à 3,24 €/kg la veille et que j'avais roulé à l'essence depuis..... Cela me rajoute 15km pou y aller, mais une économie de 1,27€/kg, cela vaut la peine.... Allez je repars au GNV Donc @Jerome et @Claireomatic, vu qu'on est voisin au sens large, un petit tour à Molgas si vous combinez cela à des courses à la Croix-Blanche (donc 1,24€/kg de moins qu'Engie et 0,94€/kg de moins qu'Endesa-Wissous) @Claireomatic, concernant les marges et Engie (puisque c'est eux qui ont le pompon actuellement pour les prix). Selon les données de l'AFGNV disponible sur le lien : https://gnv-grtgaz.opendatasoft.com/explore/dataset/opendatasoft-vehicules-gnv/table/?disjunctive.parc_des_vehicules_gnv&sort=-datetrimestre, il y a en France en novembre 2021 qui roulent au GNV : 6 964 Poids lourds 2 256 Bennes à Ordures + 1 980 Autres véhicules spécialisés 1 169 Autocars + 4 741 Bus 9 575 Véhicules Utilitaires Légers 2 718 Véhicules légers Cela signifie 17 110 véhicules captifs au GNV (poids lourds, bus, bennes ...), les 9575 véhicules utilitaires sont sans doute en grande partie captifs, car ils ne peuvent s'arrêter trop souvent pour faire le plein essence (une partie de ces véhicules sont d'ailleurs des véhicules des opérateurs de gaz), sauf s'ils ont des VW à grand réservoir d'essence (Caddy, Golf Variant). Il reste donc les 2718 véhicules légers, et donc on ne représente rien ou presque... J'imagine donc qu'Engie (et d'autres opérateurs) ne se pose pas la question de réduction des marges pour maintenir à flot la crédibilité du GNV, car la flotte captive en GNV représente largement la majeure partie des véhicules.
  9. Alberi

    Prix du GNV

    @Yann, c'est à toi que je voulais signaler l'augmentation du prix de la station Engie de Marcoussis suite à ce que tu avais signalé à La Courneuve et Mitry-Mory. La pandémie des prix Engie atteint par contagion toutes ses stations. @Alexis, par contre, signaler l'augmentation du prix, c'était aussi pour CarburOgaz, vu que je ne pratique pas les applications, je ne peux mettre à jour via le site web. @Claireomatic, il y a une différence très forte entre Enercoop et les opérateur GNV. Enercoop vient de l'Economie Sociale et Solidaire, et ce sont nous les consommateurs d'électricité qui sont les sociétaires d'Enercoop. La SCIC Enercoop commercialise de la vraie électricité verte (sans Certificat d'Origine) et doit faire au mieux pour la vérité des prix pour les intérêts à la fois de ses sociétaires et de ses clients qui sont les mêmes. De plus, Enercoop a des contraintes de l'État, concernant certaines contributions comme la CSPE. Engie (ou les autres opérateurs principaux) ont des contraintes de l'État côté gaz combustible pour le chauffage, mais pour le GNV, les opérateurs sont libres (en plus aucun média ne répercutent ces hausses énormes sur le GNV mais ne parlent que celles plus modestes sur les carburants pétroliers). Selon moi, (mais c'est mon avis), Engie n'a de compte à rendre qu'à ces actionnaires et n'a pas grand soucis à se faire des consommateurs. Les opérateurs pratiquent un prix correspondant à leur contrat et leur rentabilité (cf l'Article italien plus long posté le 13 janvier et qui date du 22 octobre 2021 - lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/lactualité-du-gnv-vu-ditalie-737/?do=findComment&comment=4162) Et peuvent faire ainsi passer le prix de 2,15€/kg à 3,24€/kg en 1 fois en quelques semaines (presque 60% d'augmentation)
  10. Alberi

    Prix du GNV

    @Alexis Engie station GNV de Marcoussis, passage aussi à 3,24€/kg, comme Engie La Courneuve et Miry-Mory que tu avais signalé. Le 05 janvier 2022, on était encore à 2,15€/kg. Quand Engie augmente, il ne pinaille pas, 50,7% de hausse A ce tarif (c'est la station proche de chez moi), je vais rouler avec la partie Essence du réservoir dorénavant en attendant des jours plus raisonnables...
  11. @Charybdis Que la situation actuelle du gaz profite aux intérêts de la filière électrique, j'en conviens. Mais que la situation actuelle résulte de leur action, je ne pense pas. Vu le silence quasi-total des médias français sur les hausses du gaz - sauf un peu pour le gaz combustible-, alors que les prix du GNV ont augmenté entre 100% et 200% en 6 mois, mais qui s'enflamment pour les hausses actuelles des prix des carburants pétroliers de 20 à 30%, il est évident que les conducteurs GNV représentent bien pu pour retenir l'attention des médias. Dès lors, peu d'articles en France, sur l'analyse de la crise du gaz. C'est pourquoi d'ailleurs, j'ai ouvert le fil de discussion sur "L'actualité du GNV vu d'Italie", car pour nos voisins transalpins, les conducteurs roulant au GNV représentent plus et les médias s'intéressent au sujet (Aussi parce que la moitié de l'électricité italienne provient du gaz, les conséquences de la hausse du gaz sont beaucoup plus significatives en Italie). De ces articles, il ressort que le contexte géopolitique et géo-économique joue un rôle essentiel dans cette crise : des réserves faibles dans les stocks début 2021, un appel fort de l'Asie pour le gaz en début 2021, et la Russie qui s'agace des positions européennes et tout cela a diminué les quantités de gaz rejoignant l'Europe et les prix se sont enflammés. Ensuite que les opérateurs français en profitent un peu plus que d'autres, c'est possible, mais je ne pense pas pour autant à un tirage de ficelles des lobbys-électricité, ils ont juste à croiser les bras et profiter du spectacle. Mais à eux aussi, une crise du lithium pour les batteries leur pend au nez....
  12. Alberi

    L'actualité du GNV vu d'Italie

    Nous continuons avec les articles de décembre des sites italiens autour de la crise actuelle du gaz et GNV. Celui-ci est de Fabio Orecchini sur le site Repubblica.it, le site du quotidien italien. L'article date du 21 décembre 2021 et concerne la question des carburants biogaz. Il est disponible sur le lien suivant : https://www.repubblica.it/motori/sezioni/attualita/2021/12/21/news/la_svolta_dei_biocombustibili_ecco_perche_e_un_occasione_da_non_perdere-330989420/. (traduction personnelle) === Titre : Le virage des biocombustibles. Une occasion à ne pas perdre. Sous-titre : Pour libérer le GNV et GPL de la filière des combustibles fossiles, il y a besoin d'investissements. La position des associations et études scientifiques. Corps de l'article : Un futur possible existe vers des émissions zéro pour les combustibles gazeux. Mais cela risque d’être freiné par la course même aux zéro émissions. Cela semble être un jeu de mots, et pourtant c’est la réalité. Pour libérer le méthane et le GPL de la filière des combustibles fossiles, les libérant ainsi du péché originel des émissions de CO2, il y a besoin d’investissement pour le développement du bioGNV et du bioGPL. Les 2 biocombustibles sont déjà présents sur le marché italien, grâce à des plateformes de production nationale, avec une plus grande diffusion pour le biométhane et des premières expériences pour le bioGPL. Dans l’état actuel, cependant, la mise à l’écart des voitures avec moteur à combustion interne envisagée pour 2035, selon les associations catégorielles, n’offre pas la prospective nécessaire à la réalisation de nouvelles installations et à la mise au point de nouvelles technologies dans le domaine du gaz. « 30% du GNV distribué sur notre marché – explique Dante Natali, président de Federmetano [Fédération Nationale des distributeurs et transporteurs de méthane] – est déjà constitué de biométhane. Il y a les conditions pour arriver à 100% dans un bref délai, vu que le résultat actuel a été atteint en seulement 3 ans. Si on ne fait pas ce passage, on perd l’occasion d’exploiter les 1500 points de ravitaillement de GNV existant en Italie pour soutenir la transition énergétique utilisant un combustible qui détruit les émissions de CO2 ». Le bilan environnemental favorable, en terme d’abaissement des émissions de gaz à effet de serre, est confirmé par de nombreuses études scientifiques indépendantes. Si produit à partir des déchets zootechniques, le biogaz non seulement met à zéro les émissions qu’il y aurait eu utilisant des combustibles fossiles, mais de plus, baisse les émissions globales de gaz à effet de serre, vu qu’elle évite la dispersion directe des élevages. Même le GPL, aujourd’hui, constitué de propane et butane d’origine fossile, a, à disposition, plusieurs voies technologiques pour devenir bio. Une est déjà réalisée dans la bio-raffinerie Eni de Gela [Sicile], qui, du cycle de production de biodiesel, fait sortir aussi du biopropane, avec lequel, elle fournit le marché régional sicilien de GPL. L’autre est en cours de mise au point technologique, est passe par la production de dimethylether à partir de gaz de synthèse obtenu à partir de la biomasse. « Sur le GPL, notre idée – affirme Andrea Arzà, président de Assogasliquidi-Federchimica [Assogasliquidi est l'association de Federchimica - Fédération Nationale de l'Industrie chimique - qui représente les entreprises productrices, importatrices et distributrices de GPL et GNL pour usage combustible ou carburant]– est de pouvoir arriver dans une période de quelques années à un mélange composé de 60% de l’actuel carburant, et 20% de bioGPL et de 20% d’un produit renouvelable comme le dimethylether. Mais pour valoriser les activités de recherche, l’Etat et l’Union Européenne doivent garantir des choix basés sur des critères de neutralité technologique et des analyses des émissions sur tout le cycle de vie ». Il existe, en outre, la voie fascinante de l’hydrogène, qui permet aux combustibles gazeux d’arriver aux zéro émissions totales. La production d’hydrogène à partir de sources renouvelables et son utilisation dans des véhicules avec des piles à combustible représente l’autre voie, en plus de l’électricité et les batteries, pour arriver à une traction électrique et à l’élimination du moteur à combustion interne et de son haï tuyau d’échappement. L’hydrogène peut en outre alimenter toutes les technologies énergétique existantes, de la turbine pour la production électrique aux moteurs à combustion interne. Les opérateurs de gaz actuels semblent sceptiques, probablement parce que l'adoption de l’hydrogène réclamera des investissements et une complexité des installations bien au-delà de l’adaptation des solutions actuelles aux biocombustibles. Mais avec la disparition des moteurs à combustion interne des autos, bus et camion, l’hydrogène sera vraiment l’unique alternative.
  13. Alberi

    Prix du GNV

    @Bac Des échanges précédents dans ce fil de discussion, a été mis en évidence (toujours sous réserve) qu'une station qui vend du GNV et du bioGNV en même temps, vend, en fait, dans les 2 cas du GNV fossile. Mais le soit-disant bioGNV vendu est du GNV fossile rendu bioGNV sur le papier, via l'achat de Certificat d'Origine biogaz qui donne l'autorisation à l'opérateur de l'appeler bioGNV. Comme ces Certificats d'Origine correspondant à du biogaz qui a été injecté quelque part (en gros dans du réseau de gaz combustible pour le chauffage), on va dire que, en faisant ainsi, on encourage globalement la filière biogaz. Mais au niveau du prix, vu que : "soi-disant bioGNV"="GNV fossile" + Certificat biogaz, on aura toujours : Prix "soit-disant bioGNV" > Prix "GNV-fossile" à la rigueur "soit-disant bioGNV" = Prix "GNV-fossile" (si l'opérateur renonce au surplus Certificat d'Origine, s'il considère que sa marge sur le GNV-fossile est suffisante - et j'ai l'impression que c'est que fait Engie depuis octobre vu l'augmentation de ses prix). Donc on peut rêver avant d'avoir du bioGNV pas cher ces temps-ci. Sauf sauf, si la station produit directement du biogaz qu'elle n'injecte pas dans le réseau du gaz combustible et le vend directement dans sa station. C'est une bonne idée @Bac de lancer l'inventaire de ces stations qui ne vendent que du bioGNV et qui sont probablement ces stations. Grâce à @Davidb, on en a une : Agricarbur à Mortagne-sur-Sèvre ! Question @Davidb : dans cette station ne vendent-ils que du bioGNV ou aussi du GNV ? En effet, sur la carte des stations de ce site (lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/stations-gnv/mortagne-sur-sevre-85290-97/), il est noté GNC et bioGNC. Mais @Alexis, l'excellent CarburOgaz (lien ici https://www.carburogaz.fr/stations.html) ne mentionne bien que la vente du bioGNV. Par contre, CarburOgaz mentionne un prix de 1,099€/kg au &à/01/2022 et @Davidb parle de 1,069€/kg (dans le lien donné par Davidb du site Agricarbur, le prix de 1,069€ est au mois d'octobre, mais si Davidb se ravitaille là-bas, il va pouvoir nous dire le bon prix..) A ce prix-là, tous les véhicules GNV du coin doivent venir ! On doit y faire la queue pour faire le plein ? Pour ce vrai bioGNV, merci aux
  14. @Davidb Merci pour cet article. J'ai entendu également cela sur France info (lien ici https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-decryptage-eco/voiture-electrique-pourquoi-carlos-tavares-patron-de-stellantis-met-le-pied-sur-le-frein_4904725.html). Mais alors, je ne comprends pas Carlos Tavares. En effet, la stratégie de Peugeot, à partir de 2024, est que toutes les Peugeot seront d’office des hybrides ou des hybrides rechargeables, donc des véhicules électrifiés. Et la marque prévoit de passer à une offre 100% électrique en 2030, devançant ainsi l’échéance fixée à 2035 par la Commission européenne de n'autoriser que la vente de voitures neuves 100 % électriques. (lien ici https://gocar.be/fr/actu-auto/electrique/plus-que-des-peugeot-100-electriques-a-partir-de-2024). D'un côté il s'inquiète de la direction impulsée et de l'autre il va dans le même sens en la devançant même
  15. Alberi

    GNV ou GPL ? ;-/

    @Charybdis D'accord avec toi, quand on parle GNV, souvent c'est compris GPL, mais avec le GNL qui remet en selle le terme "liquéfié" à la fois pour les 2 carburants ! On a à coup sûr un beau gloubi-boulga sauf pour ceux qui connaissent le sujet ou ceux qui utilisent l'un des carburants. De plus avec la hausse actuelle du GNV, et le prix du GPL qui ne varie guère, c'est tapis rouge pour le GPL au détriment du GNV ! On le constate dans l'interview de Joël Pedessac, directeur général de France Gaz Liquides [France Gaz Liquides représente la filière de l’énergie gaz butane & propane auprès des acteurs économiques et politiques en France, en Europe et dans le monde, une forme d'AFGNV pour le GPL]. Il va à l'assaut des véhicules de chantier pour leur plaider le GPL, en argumentant sur le nombre de stations, le surcoût de la motorisation GNV et pas encore sur le prix du GNV, l’article est pourtant du 10 janvier 2022. (lien ici https://www.lemoniteurmateriels.fr/article/joel-pedessac-le-gaz-de-petrole-liquefie-a-toute-sa-place-dans-la-transition-energetique,1440812)
  16. Alberi

    Stations Jamas ouvert!😶😶😶

    Intéressant ces liens avec ces images qu'on déplace dans le temps ! Novembre 2007 et non novembre 2017 pour la 1ère station grand public Voici un autre lien autour de cette 1ère station grand public de Toulouse Purpan: https://www.challenges.fr/automobile/dossiers/le-gnv-offert-au-grand-public-rouler-au-gaz-c-est-enfin-possible_410093 et surtout celui-ci : https://reporterre.wordpress.com/tag/gnv/ Et là un petit diaporama de l'ouverture de cette station GNV du Carrefour Toulouse Purpan de novembre 2007 : https://www.autonews.fr/voiture-bio/carrefour-citroen-une-pompe-a-gaz-naturel-grand-public-13220 Mais ce n'était pas la première station GNV de France, puisque la station DEFA de Saint-Girons fonctionne sans discontinuer pour le GNV depuis 1948, voir le post sur le sujet https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/prix-du-gnv-625/?do=findComment&comment=4142
  17. Alberi

    ROMAC FUELS

    Au vu de l'article de Michaël Torregrossa de la rubrique "Actus" du 16 janvier 2022 (lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/actus/deces-eric-mattheeuws-pionnier-gnl-belgique-3185.html) relatant le décès d'Eric Mattheeuws, directeur de Mattheeuws Eric Transport NV et de Romac Fuels, nous, utilisateurs du forum, adressons nos sincères condoléances à la famille d'Eric Mattheeuws et aux collaborateurs de Romac Fuels ( @Samuel Bodin ) que nous avons appris à connaitre via la carte interopérable Romac, la seule ouverte aussi aux particuliers. Voici 2 autres liens relatant le décès d'Eric Mattheeuws (lien ici https://transportmedia.be/fr/2022/01/le-directeur-des-transports-eric-mattheeuws-est-decede/ et lien ici https://www.nieuwsblad.be/cnt/dmf20220112_93667546, mais il est en néerlandais). On pourra relire avec intérêt : la page de l'histoire de l'entreprise Mattheeuws lien ici https://www.mattheeuws.com/fr/a-propos/histoire/ un article Actus du site gaz-mobilite de Michaël Torregrossa en juin 2017 intitulé "Belgique : le transporteur Mattheeuws va ouvrir au public sa station GNV de Veurne" (lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/actus/belgique-mattheeuws-ouverture-public-station-gnv-veurne-1629.html), relatant l'ouverture de la station privée de l'entreprise au public. Ceci est bien rare en France, et si les stations privées de bus, d’autocars et poids lourds suivaient cet exemple, cela aiderait beaucoup à augmenter le réseau des stations. un article-video du site en avril 2019 intitulé "Camions GNL : le transporteur belge Mattheeuws témoigne" lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/videos/camions-gnl-transporteur-belge-mattheeuws-temoigne-342.html un article Actus du site gaz-mobilite d'Adeline Adelski en août 2019 intitulé "Mattheeuws Transport : le passage au GNV est un business case écologique" avec le témognage d'Eric Mattheeuws (lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/actus/mattheeuws-transport-passage-gnv-business-case-ecologique-2371.html) un article Actus du site gaz-mobilite de Michaël Torregrossa en juillet 2021 intitulé "Stations GNV et interopérabilité : la carte Romac Fuels monte en puissance" lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/actus/stations-gnv-interoperabilite-carte-romac-fuels-monte-en-puissance-3021.html, relatant la fameuse carte intéropérable.
  18. Merci @Matt.G pour ce post et les liens documentés associés. Comme mis dans un post de traduction d'un article italien (lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/lactualité-du-gnv-vu-ditalie-737/?do=findComment&comment=4162 ) ou dans un post d' @Alexis (lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/prix-du-gnv-625/?do=findComment&comment=3811) ou dans un post d' @Marc (lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/prix-du-gnv-625/?do=findComment&comment=3860), les indices autour du gaz ont un rôle important : l'indice TTF au niveau européen et l'indice PEF au niveau français. Pour l'indice TTF, on a le lien suivant https://www.theice.com/products/27996665/Dutch-TTF-Gas-Futures/data?marketId=5336900&span=1 qui donne son évolution des 3 derniers mois du marché à terme - en l'occurence les contrats de février 2022 actuellement - (on peut cliquer sur l'onglet 2 ans, pour constater qu'avant la montée initiée en mai, c'était le calme plat, l'indice était à 15-16€/MWh). Après un pic à 180€ le 21 décembre, il est actuellement à 86€ dans les valeurs de novembre-début décembre. Sous le graphique, il y a les jours ouvrables de marché, les prix des contrats à terme pour les mois futurs et je ne vois des nombres de l'ordre de 30-40€ que pour des contrats en 2023..... Bon, je n'y connais pas grand chose sur ces marchés, mais rien de merveilleux dans l'horizon immédiat. Grâce à un post de @Vianney VS (lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/prix-du-gnv-625/?do=findComment&comment=3918), on voit que dans l'image de la facture - bien difficile à comprendre-, les indices de types boursiers sont ceux du mois précédent. On peut donc imaginer que les pics actuels de prix de GNV en janvier flirtant et dépassant avec le 3€/kg traduisent le pic des indices TTF ou PEG de décembre 2021. Et on pourrait imaginer qu'en février 2022 (en prenant les indices de janvier 2022), on va revenir vers des prix de GNV décembre, plutôt vers 2,50€ pour les plus hauts, sauf si, sur la 2nde moitié de janvier, on assiste à d'autres pics de prix (froid, géopolitique). Voilà ce que je vois en toute naïveté...
  19. Alberi

    L'actualité du GNV vu d'Italie

    Après le dernier (très long) des articles italiens du début de la crise en octobre, qui était assez complet, en faisant un résumé de la situation au niveau des stations italiennes, puis plus globalement sur la fixation du prix et enfin avec des ouvertures géopolitiques. Nous passons maintenant aux articles de décembre. Celui-ci est de Francesco De Palo sur le site formiche.net, un site issu d'un projet culturel et éditorial qui publie également un mensuel. L'article date du 06 décembre 2021 et concerne la position de l'Italie sur les questions du gaz. Il est disponible sur le lien suivant : https://formiche.net/2021/12/metano-italiano-gas/ . (traduction personnelle) === Titre : Plus de méthane italien pour lutter contre les factures salées en attendant l'UE Sous-titre : Du moment qu'une descente des prix est très improbable (même si souhaitable) avant 2023, il peut se révéler utile d'essayer de comprendre quelles sont les voies alternatives. En un an, la dépense pour le gaz a augmenté de 250%. L'extraire en Italie coûte 5 cts au mètre-cube, l'importer coûte 10 fois plus. Et se l'Europe l'insère dans la taxonomie verte. Corps de l'article : En un an, de l’automne 2020 à aujourd’hui, la facture pour les entreprises et les familles est montée de 250% comme l’indiquent les données de l’autorité ARERA [Autorité de régulation des réseaux d'énergie et de l'Environnement}] . Le gaz est donc au centre de la vie quotidienne des pays, au-delà de la géopolitique, avec l’exigence pour les gouvernements d’interventions rapides avec des solutions. Du moment qu’il est très improbable (même si souhaitable), une baisse des prix du gaz naturel pour les entreprises et les familles italiennes avant 2023, il peut s’avérer utile d’essayer de comprendre quels sont les chemins alternatifs, en vue de la taxonomie de l’UE. En premier, en augmentant l’extraction de gaz des gisements italiens, mais sans de nouveaux forages. L’avantage serait double : d’un côté, on réduirait les importations de l’étranger et de l’autre, on maintiendrait constant le volume de consommation aussi dans le but de rentrer dans les paramètres des accords de Paris. Dans le sous-sol italien, il y aurait au moins 90 milliards de mètre cube de méthane, qui a un coût d’extraction d’environ 5cts le mètre cube, tandis que l’Italie pour importer du gaz des autres pays non en proximité dépense entre 5à et 70 cts le mètre cube. Les besoins italiens se montent à 75 milliard de mètre cube l’an. Dans les premiers 8 mois de 2021, ont été utilisés 53,2 milliards de mètres cubes, avec +6,8% par rapport aux 9 premiers mois de 2020. De ces 53,2 milliards de mètre cube, seulement 2,48 proviennent des gisements en Emilie-Romagne, Basilicate, mer Adriatique et Sicile. La majeure partie des importations proviennent de la Russie, de l’Algérie et du gazoduc Tap [gazoduc Trans-Adratique de la frontière greco-turque traverse la Grèce, l'Albanie pour arriver en Italie dans la province de Lecce dans la région des Pouilles] Le premier pas, si on voulait regarder ce scénario, serait celui d’essayer de mettre à niveau les installations existantes, avec la possibilité de ré-activer les réserves fermées depuis des années : il faudrait environ 322 millions pour doubler la production de l’année de 800 millions à 1,6 milliards de mètres cubes. Mais si quelques réserves se trouvent à sec, d’autres gisements non et on pourrait exploiter du gaz s’il n’y avait pas des recours et interdits qui l’empêchent. La seconde phase pourrait être d’imaginer de nouvelles perforations, mais il s’agirait dune action successive à la première citée au moins pour une question de logique méthodologique. Deux passages qui s’insèrent à l’intérieur des stratégies de l’UE occupée à établir la taxonomie pour la finance soutenable. Il s’agit, comme c’est connu, d’une sorte de classification par activité économique privée qui leur donne un permis « vert » donné sur la base de paramètres contenus dans la stratégie européenne de décarbonisation. Avec cet instrument, on offrira aux entreprises et aux investisseurs un indicateur pour valoriser quels investissements sont en ligne avec les objectifs de l’UE sur le climat et lesquels non. Les paramètres sont contenus dans les lignes directrices, c'est-à-dire une diminution de 55% des émissions d'ici 2030 et zzéro émission nette d'ici 2050. Au moment où l'Union Européenne devrait insérer aussi les investissements dans le nucléaire et le gaz dans la liste des activités économiques soutenables. Demain, à l'occasion de l'Ecofin, il y aura un échange de points de vue des parties prenantes, avec le regard du nouveau gouvernement allemand. Le gouvernement, pour amortir le sauve-facture, doit réserver un milliard en plus par rapport aux attentes, utilisant les ressources non utilisées de l'Irpef [impôt sur le revenu] qui représentent environ 700 millions et d'autres fonds disponibles pour les 300 millions restant. Dans la manœuvre, il y a déjà 2,5 milliards. Commentant cette décision, le numéro 1 de l'Eni [groupe pétrolier italien], Claudio Descalzi, à l’occasion du World Energy Outlook avait observé que les contributions et aides sont bienvenues "mais nous devons penser que l'unique solution ensuite est d'augmenter les volumes de gaz qui arrivent, car si l'offre augmente, le prix de la demande descend".
  20. Alberi

    Prix du GNV

    La 4L de l'article au biogaz à 5000€ ressemble à celle de la vidéo du lien donné de l'inauguration de Villeneuve-sur-Lot, mais je ne suis pas sûr, car les logos semblent avoir changé (ou se sont adaptés à l'inauguration ). Mais le pilote n'est pas le même : la société Seven promeut sa station dans une vidéo de 3min28s mise en ligne ce mardi 11 janvier 2022 (lien ici https://www.youtube.com/watch?v=q065Xs1Sqpc).
  21. Cette station de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) avait été évoquée dans la rubrique "Actus" par des articles de Michaël Torregrossa en février 2020 annonçant la station (https://www.gaz-mobilite.fr/actus/lot-et-garonne-station-gnv-seven-juin-2020-2521.html) et en octobre 2020 (lien ici https://www.gaz-mobilite.fr/actus/seven-annonce-ouverture-station-biognv-villeneuve-lot-2735.html) confirmant l'ouverture depuis septembre 2020. La société Seven promeut sa station dans une vidéo de 3min28s mise en ligne ce mardi 11 janvier 2022 (lien ici https://www.youtube.com/watch?v=q065Xs1Sqpc). Malheureusement dans cette vidéo, le directeur territorial de Seven Nicolas Maura indique que la station, certes ouverte 24h/24, n'est malheureusement accessible que via un badge Seven. Un peu anachronique ! Une piste pour ROMAC pour avoir la carte acceptée là-bas ? @Samuel Bodin
  22. Bonjour, quand j’ai relaté la vidéo de Seven sur la station de Villeneuve-sur-Lot, je n’avais pas vu cet article paru su le site metanoauto, site italien qui depuis 2005 réunit la communauté des utilisateurs du GNV. L’article est écrit par un utilisateur mdlbz (et traduit son opinion) et a été publié le 6 janvier. Le lien de l’article en question est le suivant : http://www.metanoauto.com/modules.php?name=News&file=article&sid=9758 Je traduis le texte, mais les photos importantes pour cet article sont dans le lien originel ===début de l'article-commentaire=== Titre : France : prix du bioGNV trop haut ? Il suffit qu’on le voit pas, et alors couvrons-le ! Dans ce tourbillon des prix (qui pourtant continue pour des questions sans fin strategico-politico-spéculativo-financières) qui n’a pas seulement impliqué l’Italie mais aussi les autres pays ces derniers mois, comme la France, on peut tomber sur une implantation, où, à l'occasion de l’inauguration, on a bien pensé à couvrir l’affichage du prix en €/kg sur la pompe, mais il suffit de faire un rapide calcul sur ce qui a été délivré pour obtenir le 2,549€/kg masqué par un bel autocollant. On ne pouvait pas le croire, mais nous avons…enquêté. La station est celle « BioGNV » (donc biométhane) de Villeneuve-sur-Lot, ouverte en septembre 2020 et inaugurée le 10 novembre 2021. Station accessible, dirait-on anachroniquement, seulement avec le badge du distributeur, même si cela devrait changer avec une nouvelle loi en cours d’approbation dans les chambres parlementaires parisiennes [cela a été approuvé depuis, et publié au journal officiel le 3 décembre 2021, voir fil de discussion lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/décret-n°-2021-1562-du-3-décembre-2021-stations-gnv-684/?do=findComment&comment=3926]. Ces jours derniers, la vidéo de l’inauguration a été publiée (lien ici https://youtu.be/Sm6I4EyesgM) sur le canal YouTube de GRDF (vidéo enlevée dans la soirée du 6 janvier !) comme nous l’avons appris des différents réseaux sociaux. Curieusement, la vidéo apparaissait même « pas dans la playlist », donc pour la voir, il fallait avoir le lien direct. Eh bien, en donnant un coup d’œil curieux à la vidéo, on avait remarqué tout de suite cet étrange autocollant avec la marque du gestionnaire de la station à la place du prix. On se souvenait d’avoir déjà inséré en octobre 2020 des photos de la station et dans celle que nous avions publié, l’affichage du prix était présent. Bref, peut-être qu'on ne voulait pas mettre en évidence un prix qui résultait être au-delà du double de celui des premiers mois d’ouverture, mais certainement la solution a été une de la série « la rustine est pire que le trou ». Dans la vidéo, on voit ainsi une pompe avec l'autocollant sur le prix au kg mais aussi le prix d’un plein effectué et la quantité de kg délivré. En fait, il suffit d’un simple calcul pour arriver au (stratosphérique) prix de 2,549€/kg. Stratosphérique aussi car il est vendu comme biométhane. Considérons qu’en Allemagne, comme nous l’avons déjà signalé récemment, le biométhane est vendu à 1€/kg comme d’ailleurs, par exemple, dans une ferme agricole de Wallonie, donc « on peut le faire ! ». Quelques demandes légitimes sur le prix pratiqué pour le biométhane dans la station française en question surgissent donc immédiatement. En Italie, probablement, un tel escamotage à l'autocollant sur l’affichage du prix €/kg aurait été sanctionné de la part des organismes compétents. ===fin de l'article-commentaire=== La vidéo mis en lien dans le 1er post de la file montre bien le prix caché par l’autocollant Seven. Et c'est vrai que cet autocollant est plutôt malvenu et maladroit. Par contre, la remarque sur le prix du biométhane en Allemagne ne me semble pas adaptée. L'Allemagne fait des cultures énergétiques de maïs largement subventionnées et qui crée un déséquilibre dans le foncier agricole (au point de plus subventionner ce maïs énergétique que la production agricole biologique) (voir le lien https://basta.media/derives-methanisation-Allemagne-monocultures-mais-speculation-biogaz).
  23. Alberi

    Prix du GNV

    @Charybdis Est-ce la 4L rouge que l'on voit dans le vidéo de l'inauguration de la station de Villeneuve-sur-Lot dans ce fil de discussions, lien ici : https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/station-villeneuve-sur-lot-47-seven-747/?do=findComment&comment=4158 ? Bravo à lui, la 2CV a vrai du style avec cette bouteille-réservoir élégante !
  24. Bonjour, nous avons déjà échangé sur le forum sur cette station de Fragnes-la-Loyère (Saône-et-Loire) ici (https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/disponibilité-du-gnv-pour-les-particuliers-632/?do=findComment&comment=3748) et ici (https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/romac-fuels-372/?do=findComment&comment=4077) Cette station est opérée par Vgas (marque gérée par Proviridis). Elle fournit maintenant GNC, GNL et recharge électrique. Elle était déjà en fonctionnement depuis septembre 2021 pour les camions et le GNL et depuis plus récemment le GNC fonctionne également. Son inauguration officielle a eu lieu le mardi 11 janvier, ce qui lui vaut un article sur France3Régions (lien ici https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/saone-et-loire/transport-une-station-multi-energies-inauguree-en-saone-et-loire-il-y-en-aura-de-plus-en-plus-en-france-2412616.html). Il y a un passage de l'article qui agace : "La station multi-énergies est principalement destinée aux professionnels mais elle est ouverte aux particuliers disposant de véhicules électriques.", avec sous-entendu ce refrain : le GNV c'est pour les véhicules professionnels et les particuliers, tournez-vous vers l'électricité. Cet article, à part cette phrase malheureuse, est très correct et factuel. Il est écrit par Bamba Gueye avec Alexandre Beaudrand, est écrit par un journaliste en formation par alternance, mais son responsable sur l'article est plus correspondant de région qu'expert du sujet. Mais quand même ! Rappelons donc qu'évidemment la partie GNC est accessible aux particuliers, que la carte Vgas est acceptée, la Carte Bancaire également, mais également la carte ROMAC ! Vgas sur sa carte de ses propres stations (lien ici https://www.v-gas.fr/nos-stations/) ne mentionne pas encore la disponibilité du GNC - je leur ai signalé - mais il signale bien que la carte ROMAC est acceptée (@Samuel Bodin )
  25. Alberi

    L'actualité du GNV vu d'Italie

    Dernier des articles italiens du début de la crise en octobre. Celui-ci est de Nicola Ventura sur le site ecomotori.net, un site qui s'intéresse à la "mobilité soutenable et écologique". Il date du 22 octobre 2021 et résume tout le début de la crise et les responsabilités. L'article est long, mais intéressant à lire. Il est disponible sur le lien suivant : https://www.ecomotori.net/guide/dossier-prezzi-metano-2021/. Bien sûr, il reflète la situation italienne, mais éclaire la nôtre sous certains aspects. (traduction personnelle) === Depuis le 1er octobre, jour de la flambée des prix du méthane, on en a lu de toutes les couleurs. De « voleurs » à « c’est un complot » en passant par «c’est la faute du gouvernement qui augmente les taxes ». En fait, un total délire d’informations confuses au milieu desquelles se mettent beaucoup de médias (pas tous) manifestement non préparés sur le thème mais prêt à brandir des gros titres chasseurs de clics. Dans ce total marasme, nous avons décidé d’essayer de mettre le plus possible les choses au clair avec ce que nous avons défini « Opération Transparence » Oui, avant tout transparence, car dans ce secteur, parler prix est pratiquement un tabou et au contraire nous retenons que jamais comme aujourd’hui, on a besoin avant tout de transparence. Expliquer et informer sont déterminants pour faire comprendre les causes de ce tremblement de terre des prix qui a touché en premier les contrats GNV mais qui rapidement se répercutera sur l’ensemble du secteur énergétique. 1 – Année thermique Pourquoi tout s’est déclenché le 1er octobre ? Car l’année thermique, c’est-à-dire la période de référence (et donc contractuelle) pour les entreprises qui opèrent dans le secteur du gaz s’appelle « Année Thermique » et va du 1er octobre au 30 septembre. Les nouveaux contrats sont donc entrés en vigueur le 1er octobre. Cela vaut-il pour tous ? Non, c’est une règle très diffusée, mais ce n’est pas une contrainte absolue. Il y a également des contrats qui suivent, par exemple, l’année solaire et qui termineront le 31/12. 2 – Le complotisme : gouvernement, SNAM et les voitures électriques Parmi les choses absurdes lues ces jours sous forme d’affiches improvisées dans les stations, quelqu’un accusait le gouvernement (voleur par définition…,sic) d’avoir augmenté les taxes de 30 cts. Rien de plus faux ! Au contraire sur le GNV, il n’y a aucune accise en faveur de l’Etat. L’unique impôt qui grève le GNV est la TVA et aucun autre impôt a été ajouté. L’autre élément souvent présent dans les commentaires désorientés est le SNAM (Societé NAtionale des gazoducs) [l’équivalent de GrDF]. Ils sont nombreux les gérants et les utilisateurs qui ont bien pensé à accuser la SNAM pour les hausses. Pour la majorité des italiens, l’équivalence est valide entre SNAM et méthane et là aussi une clarification est nécessaire. La SNAM ne vend pas de méthane mais s’occupe du transport, du stockage et de la regazéification du méthane. En substance, elle voit transiter énormément de méthane dans ses réseaux mais ne s’occupe pas de la vente. Vous êtes choqués de la nouvelle ? Enfin, « ils veulent nous obliger à acheter les voitures électriques » est un des mantra les plus diffusés. Dans ce cas, l’exercice relève d’un équilibrisme élevé en soutenant que les « pouvoirs puissants » veulent boycotter les autos GNV avec l’augmentation du coût du carburant alors que c’est le même qui sert à produire 50% de l’énergie électrique nationale qui sert à alimenter les voitures électriques. Inutile de s’aventurer au-delà. 3 – Pourquoi des prix montés en flèche ? Si ce n’est pas la faute du gouvernement et de la Snam, de qui est-ce la faute ? Ce seul thème mériterait un très long approfondissement mais devant, par force simplifier les choses, les causes sont à chercher dans quelques éléments clés parmi lesquels : - Typologie des contrats Précédemment, il étaient à long terme tandis que récemment, ce sont des contrats « courts » très en lien avec une autre déformation du marché financier « les futures ». Il est flagrant pour chacun que la « stabilité » du prix est le premier paramètre qui saute. - Géopolitique Nous dépendons quasi totalement de l’importation du gaz naturel et le principal fournisseur est la Russie. Dans la phase post-pandémie, certaines économies, la chinoise en premier, ont enregistré des importants taux de croissance et se sont taillés littéralement la part du lion en acquérant du gaz naturel et méthane liquide sans limite de dépense. Il est évident qu’en absence de contrats à long terme (voir au-dessus), le vendeur privilégie la meilleure offre. Ce n’est pas par hasard que le président Russe est intervenu (refroidissant la course à la hausse) rappelant que la Russie est un fournisseur de gaz fiable. Lire entre les lignes… Bien sûr que si vous faites les fiers avec des contrats « courts », ne vous en prenez pas à nous ! En outre, il faut inclure la complexité géographique des gazoducs, qui traduit signifie transiter le moins possible par l’Ukraine et forcer la main pour l’achèvement des nouveaux méga-gazoducs européens plus efficaces et moins coûteux du point de vue pompage. Enfin, certainement n’aident pas les déclarations de tous les leaders européens de vouloir entreprendre un parcours d’abandon du gaz vers des sources renouvelables. Très bien… mais avec les mots ! car, dans les faits, au niveau européen, les renouvelables comptent pour moins de 20% du besoin énergétique et dans les 5 dernières années, elles ont augmenté de seulement 5%.. Disons que cracher dans l’assiette dans laquelle il y a la nourriture qui te servira pour les prochaines années, sans avoir une réelle alternative, n’est pas exactement une opération optimale. Ce ne sont pas évidemment les uniques causes mais nous croyons que ces deux aspects sont les plus déterminants dans cette phase.. 4 – Le Marché du gaz Naturel Lumière faite sur la flambée de la matière première, il convient de clarifier une fois pour toute où se décide le prix (exprimé en €/MWh) du gaz naturel. - Indice TTF Dans les 10 dernières années environ, pour dissocier la cote du gaz naturel à celle du pétrole, sont nées variées plateformes d’échanges virtuel. Le TTF hollandais, littéralement Title Transfer Facility, est celui qui a pris majoritairement le pas devenant le marché en gros de référence pour l’Europe. Ce sont les côtes quotidiennes et/ou les moyennes mensuelles du TTF, le vrai fléau de la balance pour déterminer le prix du méthane au distributeur. - Indice PSV De façon analogue à ce qui survient en Europe, l’Italie a aussi son marché au gros. Notre HUB virtuel s’appelle PSV ou plus simplement Punto di Scambio Virtuale (Point d’Echange virtuel). [NDLR, indice PEG pour la France] Pour comprendre la portée de l’augmentation des prix dans les stations, il suffit de regarder les graphiques de ces indices (le graphique est à voir sur l'article original, le lien de l’article est au début de ce post). Dans les années précédentes, la valeur du TTF était, essentiellement stable sous la cote 25€/MWh (quelquefois aussi beaucoup moins, mais on reparlera plus tard) tandis qu’à l’été 2021 a commencé une montée vertigineuse qui a atteint le pic de 116€/MWh le 5 octobre 2021. A ce point, il n’y a pas besoin d ‘un mage de la finance pour comprendre que si la matière première augmente de quasi 5 fois, il est normal aussi que le prix à la pompe le 1er octobre ait littéralement explosé. 5 – TAP – Trans-Adriatic Pipeline Souvenez-vous des milliers de polémique sur le gazoduc Trans-Adratique TAP ? Souvenez-vous de ceux qui voulaient le bloquer à tout prix en le considérant inutile ? Le problème du prix, comme nous avons pu le comprendre, est interdépendant avec la disponibilité du gaz naturel et depuis qu’il est entré en fonction, le TAP a annulé le spread de la cote entre TTF et PSV. Pour simplifier encore, le gaz naturel qui arrive de la mer Capsienne en Italie à travers le “couloirs du Sud du Gaz” a été déterminant pour contrôler le manque de matière première et donc contenir en partie l’explosion du prix. Ce n’est pas une déclaration d’amour pour le cas spécifique du TAP mais seulement pour souligner que la diversification des sources d’approvisionnement est plus que jamais nécessaire et que si, au lieu de l’entraver , on avait porté à l’achèvement le GALSI (acronyme de Gazoduc Algérie Sardaigne Italie) aujourd’hui probablement, on se lécherait des plaies moins douloureuses. 6 – Pourquoi certains distributeurs changent le prix tous les jours ? Habitués à des prix de GNV très stables à la pompe, dans certains cas immuables pendant des années, la variation continue des prix a mis en crise que ce soient les opérateurs ou les consommateurs, alimentant encore une fois des théories complotistes. Là aussi la réponse est simple et liée à 2 facteurs : - Politique des prix - Augmentation graduelle : dans la première phase (le changement d’année thermique), certaines stations ont adapté le prix tout d’un coup tandis que d’autres, principalement les grandes compagnies pétrolifères, ont décidé de prendre en charge une partie de la hausse adaptant le prix un peu à la fois en le vendant sous le coût les premiers jours. - Stations multicarburant : la hausse a été « amortie » par la présence des autres recettes (voir le cas des stations multicarburants) - Diversification des contrats : la hausse a été contenue grâce à la diversification (échéances et fournisseurs) des contrats de fourniture de gaz naturel. - Réduction de la marge : certains opérateurs ont choisi de faire (ou non) une réduction de leur marge de profit pour compenser la hausse. - Typologie de contrat Comme nous avons expliqué le système des contrats de fourniture de gaz naturel, on a évolué (ou compliqué ?) vers des contrats à court terme et aujourd’hui la plus grande partie des entreprises qui vendent du gaz naturel doivent obligatoirement s’appuyer sur un broker ou un énergie manager (appelez-le comme vous voulez) qui les aide à se débrouiller dans le système complexe des contrats. Hors des désormais rares cas de contrats à prix fixe, la typologie restante contractuelle prévoit l’indexation au prix de marché de référence. Ainsi finalement, on comprend pourquoi est aussi important l’évolution des indices TTF et PSV ! Par concision, nous résumons dans des contrats avec une indexation liée à : - Cote du jour TTF/PSV - Cote du jour précédent TTF/PSV - Cote moyenne du mois TTF/PSV - Cote moyenne du mois précédent TTF/PSV Si on réussità mettre de coté la rage du prix qu'on a à payer à la pompe, il devient assez simple de comprendre que les variations même quotidiennes et aussi importantes ont une explication démontrable. 7 – Composition du prix du GNV pour le public On arrive au sujet plus brûlant, celui réellement lié à l’opération transparence que nous avons lancé depuis le début : comment est formé le prix du méthane à la pompe ? Les éléments qui entrent dans la définition du prix de vente sont : - Prix de la matière première - Contribution Gestion du Fond Réservoir Méthane - Accise - Gérant - Amortissement - Electricité - Manutention - Marge - TVA 22% Voyons un exemple pour mieux comprendre : (le graphique est à voir sur l'article original, le lien de l’article est au début de ce post). Dans notre reconstruction, nous avons fait l’hypothèse de minimum et de maximum car logiquement chaque installation-station a des caractéristiques différentes et par conséquent des coûts différents. De toutes les façons, il est évident que le prix de 2€/kg pratiqué par certaines stations a, malheureusement pour nous, automobilistes GNV, une justification correcte. Dernière considération : il faut prendre en considération le coût de l’énergie électrique nécessaire pour la compression du méthane qui pourrait subir des hausses ultérieures importantes car le PUN (Prix Unique Nationale) publié du Gestionnaire des Marchés Energétiques a littéralement explosé bien au-delà des 200€/MWh. 8 – Les petits malins ne manquent jamais Dans un réseau composé de plus de 500 stations de méthane, il était aussi facile d’imaginer qu’on aurait vite constaté aussi quelques petits malins. Nous n’avons pas de preuves car les contrats, nous ne les connaissons pas, mais certaines situations sont réalistiquement peu crédibles. Nous avons vu des stations avec des prix bloqués depuis des années décider d’adapter le prix dans ces circonstances avec une différence de quelques centimes. Nous avons vu des stations gicler à 2,199€/kg pour ensuite descendre à 1,999€/kg et de nouveau à 1,499€/kg le tout dans une période 10 jours. Ok les cotes TTF, Ok les indices journaliers ma pour le dire comme Totò [grand acteur comique napolitain 1898-1967] ”Ccà nisciun è fess” [sous réserve - Personne n'est dupe] Nous prenons note de tout, nous avons plus de 250000 utilisateurs de l’application qui sont nos yeux sur le territoire et quand nous retournerons à la normalité, on se souviendra de tout. PROMIS !!! 9 – Alarme Prix Mars 2020 Seuls les plus attentifs s’en souviendront mais en mars 2020, nous lancions une alarme prix car la logique des prix, nous la connaissons bien depuis des années. Malgré la moyenne de la période (depuis 2019) qui avait une cote mois de 15€/MWh les prix restaient autour d’une cote de 1€/kg tandis que selon notre analyse le prix n’aurait pas dû être supérieur à 0,899€/kg En mars 2020, doivent certainement être considérées toutes les atténuations de la situation dues à la contraction de la consommation à cause du confinement (nous demandions 0,899€/kg et non pas 0,599€/kg !!!) mais ce fût un exemple frappant des différentes vitesses d’adaptation des prix à la hausse et non à la baisse. 10 – Considérations finales Sous réserve, nous suivrons la situation de façon constante, il y a encore quelques aspects qu’il fait éclaircir. - Le biométhane A ce jour, le biométhane couvre environ 20% de la consommation de GNV. Une part déjà importante, mais qui est destinée à croître beaucoup (certaines estimations prévoient jusqu’à 80%) mais surtout une ressource dans une phase si délicate du marché aurait pu agir comme modérateur des prix. Au contraire, le GSE [Gestionnaire des Services Energétiques], par loi, assigne au biométhane injecté dans le réseau un prix PSV-5%. En pratique, on paye le biométhane autant que le fossile. Le sujet est surement très complexe et nous n’avons pas de solutions, mais surement nous croyons qu’il est opportun d’intervenir. Il n’est pas utile au producteur quand le prix baisse et il n’est pas utile au marché quand le prix monte. Une approche différente est urgente ! - TVA à 5% ? Seulement avec des règles bien précises ! Les associations catégorielles (Federmetano [Fédération Nationale des distributeurs et transporteurs de méthane] e Assogasmetano [Association Nationale des entreprises distributrices de GNV] qui nous le rappelons sont des associations des distributeurs de méthane qui défendent les intérêts économiques des propriétaires des réseaux de distribution) ont demandé à forte voix de faire rentrer le GNV dans le décret appelé sauve-facture pour bénéficier de la réduction temporaire de la TVA de 22% à 5%. Il faudrait un observatoire dédier à suivre que toute la réduction aille à l’avantage du prix final. Nous retenons fondamental qu’on définisse des limites bien précises pour la protection des consommateurs car sinon il n’y aurait rien de plus éloigné de l’opération transparence que l’on réclame haut et fort. - Entrepreneurs mal préparés La sensation de ces jours-ci est que beaucoup de propriétaires d’installation ne sont pas préparés à gérer ce type de fluctuations et ces logiques énergétiques. Beaucoup de distributeurs ont encore une logique gestionnaire à caractère familial quand le marché se transforme exigeant des profils professionnels et managériaux typiques du secteur des combustibles pétroliers. Nous avons assisté en quelques semaines à des variations de prix sans logique, des panneaux dénués de sens affichés dans les stations, nous avons entendu des excuses manifestement inventées et dictées par l’embarras de ne pas savoir quoi répondre… Cela ne veut pas être une critique mais la simple constation que le monde des pompistes n’est plus celui que l’écrivain « Marco Paolini » racontait dans « Les chiens du gaz » mais il s’est déplacé sur un plan où la gestion en bon père de famille ne suffit plus… - Quand retournera-t-on à la normalité ? Personne n’a la boule de cristal pour pouvoir faire des prévisions sures mais aujourd’hui les estimations plus probables font une hypothèse de stabilité des prix à ces niveaux jusqu’à la fin de l’année pour ensuite commencer une lente et graduelle descente qui pourrait se stabiliser vers l’été 2022. D’autres prévisions plus pessimistes prévoient une lente mais constante contraction des coûts qui pourrait remettre le gaz naturel vers une cote de 25-30€/MWh pas avant 2023. La vérité est que les prix pourraient s’effondrer plus rapidement si au lieu de jouer au chat et à la souris avec la Russie, si nous décidions (au niveau européen) d’arrêter de faire des proclamations et qu’on se mettait de façon sérieuse à traiter avec Gazprom des contrats européens tant voulus par le Président du Conseil italien Draghi et par ailleurs tant battus en brèche par la sortante Merkel. Géopolitique, comme précisément, nous l’avons largement raconté. [NDLR, un décret du 12 mars 2019 autorise leself-service dans les stations GNV. C'est donc récent, la plupart des stations italiennes ont un pompiste pour servir le GNV, sur le sujet voir ce post de juin 2021 lien ici https://forum.gaz-mobilite.fr/topic/cb-574/?do=findComment&comment=3201)]
×