Aller au contenu
Forum GNV Gaz-Mobilite.fr
Klyer

Le moins polluant et/ou le plus économique : E85, GPL ou GNV ?

Recommended Posts

Hello !

Mon choix du GNV était économique et écologique mais je vais probablement changer de véhicule et les options en la matière ont légèrement évolué.
Je m'intéresse à l'E85 qui serait apparemment écologique mais je ne trouve pas de comparaison claire avec le GNV sur ce plan-là. Ni sur le plan économique qui m'intéresse aussi beaucoup.

(Aussi, écologiquement, l'électrique ne me parait pas avoir de sens quand on connait les conditions de fabrication des batteries, et c'est sans parler du coût à l'achat, des contraintes avec la location de la batterie, la recharge qui dure des heures... En ville, d'accord, mais sur des longs trajets et quand on habite dans un logement où il n'y a pas de possibilité de recharge à proximité, c'est vraiment pas terrible.)

Le GNV que je prends souvent "bio" lorsque l'option existe me parait être une bonne option mais la rareté des stations, le bon récent des prix du GNV, le surcoût à l'achat du véhicule, le peu de garages habilités à en faire l'entretien me donnent envie de changer.
Surtout que j'ai eu 2 fiats au GNV (Punto puis Qubo) et chacune avaient des moteurs faiblards voire défaillants. J'ai en plus lu récemment qu'on ne pouvait pas mettre de boule d'atelage à ces véhicules, ce qui va être nécessaire dans mon cas...

L'E85 semble peu cher en comparaison (0,70 cts du litre avec une surconso de 25%), mais est-il vraiment meilleur pour l'environnement ? Par rapport à l'essence sans doute mais par rapport au GNV ou au GPL ?

Pour le GPL, je ne le connais pas du tout, et comme il y a davantage de stations et de véhicules GPL, je me dis que ça vaut peut-être la peine de creuser.


Avez-vous connaissance d'une source qui comparerait les externalités négatives de chacun de ces carburants de manière chiffrée (E85, GNV, GPL) voire de davantage de carburants s'il en existe de meilleurs pour l'environnement (svp sans vous focaliser sur électricité et hydrogène qui sont loin d'être dans mon budget) ?

Voilà, voilà, merci à ceux qui ont pris la peine de lire et à ceux qui répondront ! 

Modifié par Klyer

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Klyer,

Vaste question !
Un document publié en novembre 2020, par le cabinet conseil Carbone4 (fondé par 2 experts des enjeux énergie-climat, Jean-Marc Jancovici et Alain Grandjean) fait le point sur la situation. Il est intitulé

"TITRE = Transport Routier : Quelles motorisations alternatives pour le climat ? 
SOUS-TITRE = Comparaison des émissions en cycle de vie, France et Europe
Auteurs = Stéphane Amant, Nicolas Meunier & Côme de Cossé Brissac"

On peut le retrouver sur ce lien : https://www.carbone4.com/publication-transport-routier-motorisation-alternatives

L'étude est menée pour des mises en circulation de véhicules neufs entre 2020 et 2030, avec une durée de vie de 12 ans du véhicule. Est pris en compte les évolutions les plus probables sur les caractéristiques des véhicules, et d’autre part d’une approche prospective pour l’empreinte CO2e liée à la fabrication.
Plusieurs segments d'utilisation sont considérés : la voiture Citadine / la voiture Berline / l'utilitaire Grand fourgon 12 m3 / le camion 40 t

Comme carburant (vecteur énergétique) sont considérés : Essence / Bioéthanol / Diesel / Biodiesel / GNV / BioGNV / Electricité / Hydrogène. Pour ces carburants, la composition 2020 est décrite et la composition 2030 y est également projetée 

DiagVecteurEnergetiqueEvolution.jpg.4424822d719f43040c373309cffe7ef9.jpg

 

Ensuite, voici le diagramme obtenu pour une  voiture citadine achetée en 2020 DiagACV-Citadine.jpg.4e83efdeb650058efec52b08d4ec57ad.jpg

 

avec VTH : Véhicule Thermique  / VEB : véhicule électrique Batterie, on y distingue le mix énergétique France, essentiellement électricité d'origine Nucléaire donc peu carbonée, le cas Pologne avec une électricité très carbonée, la moyenne UE qui est intermédiaire. / VHR Véhicule Hybride Rechargeable.

 

Dans cette étude, pour les véhicules particuliers (citadine), c'est clairement le véhicule 100% BioGNV qui sort le mieux du point de vue CO2.
Sur la gamme Véhicule Utilitaire et Autobus, c'est le véhicule Electrique à Batterie (avec le mix français nucléaire) qui sort le mieux, et le véhicule bio-GNV est à la hauteur du  Véhicule à Hydrogène (Pile à Combustible) avec de l'hydrogène issu de l'électrolyse fait avec de l'électricité 100% énergie renouvelable - autant dire peu crédible).
Pour les berlines, un léger avantage au bio-GNC mais le VEB àmix français et le VEH-100%ENR suivent de près.

Attention cette étude ne porte que sur l'aspect C02 (pas les autres polluants)

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement mes choix sont guidés par l'impact écologique, l'aspect économique passe bien derrière. Quand j'ai fait mes recherches il y a 12 ans, j'ai acheté une voiture GPL, car ça me semblait ce qui se faisait de mieux à l'époque (mieux que l'essence ou le diesel, car le GPL était un co-produit de la raffinerie, autrement dit un déchet). Quand j'ai refait mes recherches l'an dernier, le bioGNV s'était développé et l'emportait indiscutablement. Je vais pas me replonger dans toutes mes sources, mais de mémoire le bioGNV faisait mieux que le GPL pour un peu tout.

Le problème de l'aspect écologique, c'est qu'on ne trouve guère de source qui en aborde les différents aspects. Or le bilan carbone, les batteries et les déchets nucléaires, les particules fines, etc... sont tous des choses à prendre en compte, mais qui ne peuvent pas être comparés facilement. Outre son bilan carbone, le GNV est naturellement pauvre en particules fines.

Mais comme vous le dites, on ne peut pas s'en procurer partout. Dans ce cas, le GPL est un bon choix alternatif, beaucoup plus facile à trouver.

La difficulté aussi, c'est les infos parfois fort variables... Ainsi, sur le forum, quelqu'un avait trouvé un test d'une voiture GNV qui disait qu'elle produisait beaucoup de particules fines... ???

 

Le bioéthanol, je l'avais éliminé d'emblée pour des raisons évoquées ici : https://www.carbone4.com/biocarburants-oui-nimporte et là : https://www.20minutes.fr/planete/2371207-20181114-bioethanol-carburant-bon-porte-monnaie-environnement En gros, concurrence avec les cultures alimentaires qui provoquent, à l'échelle mondiale, des flambées de prix des céréales, et problème de changement de l'utilisation des sols, qui ne sont pas toujours pris en compte dans les bilans alors que remplacer une forêt par une culture, c'est catastrophique d'un point de vue carbone. Et encore, ces 2 articles ne parlent pas du pétrole utilisé par l'agriculture. Or si ces plantes poussent avec des engrais chimiques et des tracteurs, leur consommation de pétrole n'est pas négligeable du tout du tout, de mémoire. Il arrive même que le bilan soit négatif (plus d'un litre de pétrole consommé pour faire pousser de quoi faire rouler autant qu'un litre de gazole...).

 

Suivant la source et ses intérêts, suivant le périmètre de l'étude, on peut facilement faire dire tout et son contraire. Par exemple, un documentaire a plombé dernièrement le bioGNV sur une chaine à grande écoute, en allant chercher ses exemples à l'étranger. Or l'Allemagne dont ils parlaient a une politique très différente de la France en la matière. Alors que l'Allemagne a encouragé les cultures dédiées au bioGNV (avec les mêmes problèmes que pour l'éthanol), la France les limite toujours à 15%.

Bref, il faut creuser, vérifier vos sources (leurs liens d'intérêt ou présupposés, leurs périmètres d'études, leurs dates...), et vous faire votre propre idée...

  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 21 heures, Klyer a dit :

mais la rareté des stations,

Oui enfin c'est de plus en plus relatif, plusieurs stations ouvrent tous les mois, malgré la crise sanitaire. Le problème est plutôt leur accessibilité, la carte bancaire et surtout la carte Romac n'étant pas acceptées partout.

Il y a 21 heures, Klyer a dit :

 le bon récent des prix du GNV,

La question est largement débattue par ailleurs. Il semble que le E85 a augmenté dans une moindre proportion. Reste à savoir si les courbes ne se croiseront jamais pendant la durée de ce qui est tout de même un investissement.

Il y a 21 heures, Klyer a dit :

 le surcoût à l'achat du véhicule,

Bof, je vois pas trop de différence avec les versions essence ? Le problème me semble plutôt être dû au fait que seules certaines versions de véhicules sont commercialisées, et pas nécessairement l'entrée de gamme. Mais bon il y a la seconde main qui commence à s'étoffer, d'autres fils en parlent.

Il y a 21 heures, Klyer a dit :

le peu de garages habilités à en faire l'entretien

Là aussi c'est abordé sur d'autres fils, tu as tout de même trois réseaux, sur le nombre, tu as de fortes chances d'avoir un garage prés de chez toi.

Il y a 21 heures, Klyer a dit :

Surtout que j'ai eu 2 fiats au GNV (Punto puis Qubo) et chacune avaient des moteurs faiblards voire défaillants.

Ce serait pas Fiat le problème du coup ? T'es-tu interrogé sur les modèles d'autres marques ?

Il y a 21 heures, Klyer a dit :

J'ai en plus lu récemment qu'on ne pouvait pas mettre de boule d'attelage à ces véhicules, ce qui va être nécessaire dans mon cas...

Je t'invite à intervenir ici.

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Klyer,
Concernant le E85, voici des éléments en parcourant notamment  différents documents dont notamment un rapport de mars 2021 intitulé 
"Titre = PERSPECTIVES D’ÉVOLUTION DES BIOCARBURANTS JEUX DES ACTEURS ET ENJEUX FONCIERS
Auteurs : Olivier ANTOINE - Philippe COPINSCHI - Manfred HAFNER - Pierre LABOUÉ
Organisme Observatoire de la Sécurité des Flux et des matières énergétiques
"
que l'on peut retrouver sur le lien : https://www.defense.gouv.fr/content/download/626090/10405130/file/202103-biocarburants_acteurs_enjeux_fonciers_Energie-Rapport-7.pdf

Dont le plan est le suivant :
Préambule : du pétrole à l'éthanol / I-Comprendre les fondamentaux des biocarburants / II- Analyser les équilibres mondiaux jusqu'en 2021 / III- anticiper les ruptures et les risques à l'horizon 2029 / IV- Maîtriser la géopolitique des biocarburants/

Au-delà des aspects internationaux et stratégiques, il y a toute une partie de description des biocarburants, que je résume ici (copié/collé d'extraits):

A)    Les 3 grandes générations des biocarburants

A1) Les biocarburants de 1ère génération
Ils sont tirés de produits agricoles également destinés à l’alimentation humaine ou animale : les plantes sucrières (betterave, canne à sucre), les plantes amylacées comme les céréales (maïs, blé) et les plantes oléagineuses (colza, soja, palme, etc.).. Ils sont produits à partir d’une biomasse qui entre en concurrence avec la consommation alimentaire, humaine ou animale, dont on utilise les organes de réserve où sont stockés le sucre, l’amidon ou l’huile afin de produire un carburant par transformation chimique. 
Filières de production
2 grandes filières : - La production d’éthanol par fermentation des sucres de plantes sucrières ou de plantes amylacées (dont l’amidon est converti en sucre), pour les carburants essences (le E85 rentre là-dedans).
- La production d’ester d’acides gras par trituration et transestérification des huiles de plantes oléagineuses, pour les carburants diesel.
Maturité technologique
Elle a atteint un stade industriel. Il n’y aurait plus de programme de R&D significatif conduit par les laboratoires français sur cette technologie. Elle est très développée et représente la première source de biocarburants dans le monde. Le coût de production des biocarburants demeure plus élevé que les carburants traditionnels, qui doivent encore être soutenus par des politiques publiques.  

Analyse 
Le principal atout  est leur niveau de maturité technologique, mais ce mode de production peut entrer directement en concurrence avec la production alimentaire et accroître les prix des denrées agricoles. La sécurisation des approvisionnements de matières premières pose également la question de l’usage de produits phytosanitaires de synthèse pour garantir la productivité des cultures.

 

A2) Les biocarburants de 2ème génération
Ils sont fabriqués à partir de lignocellulose (branches, tiges, troncs...), de résidus agricoles (paille) et forestiers ou encore de cultures dédiées comme le miscanthus ou le jatropha.

Maturité technologique
Elle demeure en grande partie au stade de démonstrateurs. La production mondiale de biocarburants de 2ème génération n’a pas encore démarré à grande échelle et aucune rupture majeure n’est anticipée à l’horizon 2030 par l’OCDE/FAO et l’Agence internationale de l’énergie.  
Analyse 
Cela permet d’envisager une réduction des concurrences d’usages avec les filières alimentaires, même si les résidus agricoles telles que les pailles sont d’ores et déjà destinées à l’alimentation animale. De plus, ces biocarburants s’appuient sur des ressources potentiellement plus abondantes et plus diversifiées que pour la première génération, avec un coût de la biomasse plus faible et un meilleur bilan environnemental.

 

A3) Les biocarburants de 3ème génération
Ils sont produits à partir de micro-organismes (microalgues, levures, bactéries).
Maturité technologique
Elle reste au stade de la recherche. Le démarrage d’une éventuelle production industrielle n’est pas anticipé avant 2030 d’après l’Alliance nationale de coordination de la recherche pour l’énergie (ANCRE). Trop d’inconnues entourent encore la production d’algocarburants pour estimer la viabilité d’une mise sur le marché à court ou moyen terme.

Analyse 

Ils n’entrent pas en concurrence avec l’alimentation humaine et animale, leur production ne nécessite pas l’occupation de sols agricoles et n’entraîne aucune déforestation. Par ailleurs, la production d’algue requiert une ressource de plus en plus critique : le phosphore. Indispensable à l’agriculture car il entre dans la composition des engrais de synthèse, sa production dépend d’une ressource fossile, les roches phosphatées. Or, un pic de production pourrait être atteint dès 2030 pour être suivi d’un déclin voire d’une possible pénurie.
  (Fin de l'exploitation du contenu du rapport précité)

En complément issu du lien https://www.ecologie.gouv.fr/biocarburants

B) L'usage des biocarburants

Les biocarburants sont essentiellement utilisés en mélange avec les carburants d’origine fossile.
La distribution en station-service des biocarburants se fait de la façon suivante :
Les supercarburants SP95 et SP98 contiennent jusqu’à 5 % en volume d’éthanol ou 15 % en volume d’ETBE
Le supercarburant SP95-E10 contient jusqu’à 10 % en volume d’éthanol ou 22 % en volume d’ETBE
Le gazole B7 contient jusqu’à7  % en volume d’EMAG (esters méthyliques d’acide gras)
Le Gazole B10 contient jusqu’à 10% en volume d’EMAG
Le superéthanol E85 contient entre 65 % et 85 % en volume d’éthanol

 

C) Conclusion
De tout cela, j'en conclue que les biocarburants de type éthanol ou ETBE (éther éthyle tertiobutyle C6H14O) sont issus des biocarburants de 1ère génération. Ils détournent les terres agricoles de leur vocation alimentaire et favorise une agriculture intensive, industrielle et ultrachimique (avec ses conséquences environnementales). Cela engendre des désastres au Brésil (déforestation en Amazonie), en Indonésie et la Malaisie (huile de palme entraînant des plantations industrielles et la déforestation des forêts d'origine. Des ONG en octobre 2021 avaient écrit une tribune sur le journal "Le Monde" intitulée "Pour le climat et la biodiversité, sortons des biocarburants de première génération" dont on peut retrouver le contenu sur le site de Greenpeace sur ce lien : https://www.greenpeace.fr/pour-le-climat-et-la-biodiversite-sortons-des-biocarburants-de-premiere-generation/

Le carburant E85 bénéficie (honteusement) d'une fiscalité très allégée de la part de l'état, ce qui explique son prix très avantageux. Choix de type "clientéliste" pour certains lobbys agricoles (betteravier, céréalier). Mais au vu du contexte climatique et du risque alimentaire, cela est assez scandaleux.

Selon moi, pour ces raisons sociales, sociétales et environnementales, conséquences des externalités, il vaut mieux se tenir éloigné du bioéthanol et du carburant E85.

  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 30/11/2021 à 13:59, Raistlin a dit :

Là aussi c'est abordé sur d'autres fils, tu as tout de même trois réseaux, sur le nombre, tu as de fortes chances d'avoir un garage prés de chez toi.

Etant rappelé que l'entretien courant, soit la majorité des interventions, peut être fait dans un garage classique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je confirme que ma Golf break TGI est équipée d'une boule d'attelage, et que sur ce sujet il faut aller voir le fil indiqué par Raistlin. Et que le problème de moteur faiblard est probablement lié à Fiat, les italiens étant peu exigeant sur cette question. C'est sans lien avec le GNV.

Modifié par Claireomatic

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Charybdis
      D'ordinaire les frasques d'Elon Musk ne me passionnent pas du tout. J'ai d'ailleurs tendance à penser que ceux qui dépensent des fortunes pour s'envoyer en l'air avec des fusées manquent d'imagination. Cependant, depuis que j'ai appris que les moteurs raptor de spacex fonctionnent au méthane liquide et non à l'hydrogène l'aspect technique, prime  désormais sur l'utilisation qui en est faite. La vidéo que j'ai trouvée sur le sujet a de quoi satisfaire la curiosité des technophiles.
       
      SPACEX - L'incroyable TECHNOLOGIE derrière le moteur RAPTOR ! - YouTube
    • Par Charybdis
      L'Italie ouvre sa 1500e station GNV (gaz-mobilite.fr)
       
      Liste de réacteurs nucléaires — Wikipédia (wikipedia.org)
       
      La mise en perspective de ces 2 liens apporte un éclairage sur l'origine de la marginalisation du GNV dans notre pays. 
      D'un côté il y a l'Italie qui fête sa 1 500 ème station GNV sur fond de sortie du nucléaire depuis 1987, plébiscitée par un référendum de 2011 à 95 %.
      De l'autre côté la France pays minuscule venant se placer à la 2ème place après les Etats Unis pour ce qui concerne le nombre de réacteurs nucléaires (56).
      Personnellement je trouve anormal le fait qu'à aucun moment on ait été consulté sur la question du nucléaire depuis les années 60.
       
    • Par Caddy26
      Concernant le distributeur de GNV de Valence j'ai appris par mail qu'elle allait dans les semaines à venir fermer définitivement. Suite à une panne de ce distributeur qui dure depuis plus d'un mois j'ai échangé des mails avec Engie mais ils se sont bien gardé de m'annoncer la fermeture. C'est GNvert qui me l'a annoncé. Communication bien compliquée ! Pourquoi ils nous cachent cette fermeture définitive ? Je ne sais pas !
      J'ai commencé des démarches auprès de la Mairie de Valence, . . . à suivre . . .
      Si quelqu'un a des infos, je suis preneur.
  • Contributeurs populaires

×