Aller au contenu
Forum GNV Gaz-Mobilite.fr

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 23/11/2021 dans toutes les zones

  1. 5 points
    @Alberi On va rentrer dans des choses plus complexes Je parle de l'indexation de la molécule de gaz que se soit dans le gaz de ville ou dans le prix du GNV. Les prix du "gaz de ville", fixés depuis novembre par l'Etat concerne uniquement les tarifs réglementé d'Engie (qui sont par ailleurs interdit par l'Europe et disparaitront complètement en 2023 de mémoire). Tous les contrats "gaz de ville" qui sont "à prix marché" ne sont pas concerné par cette mesure de l'Etat. Soit votre prix de molécule est fixe et vous n'êtes pas concerné par cette hausse jusqu'à la date anniversaire de votre contrat, soit vous êtes totalement indexé et là vous êtes 100% impacté par la hausse. D'ailleurs, l'état a fixé le prix mais un rattrapage est prévu pour le mois de juillet il me semble. Donc quand les prix redescendront, les tarifs réglementés eux ne bougeront pas. Un fournisseur de gaz s'approvisionne majoritairement sur le marché énergétique (le PEG) et c'est donc logique qu'il répercute le même indice sur son prix de vente que sur ces approvisionnement. Les contrats "long termes" avec les pays producteurs, majoritairement indexé sur le prix du pétrole sont de plus en plus rare (c'est d'ailleurs un de point de tension entre la Russie et l'Europe). Dite vous bien que personne ne peut prévoir si telle ou telle indexation est mieux qu'une autre et en ce moment, il est vrai que l'indexation PEG MI fait "mal", mais personne n'a critiqué cet indice l'année dernière quand le PEG était à 4€/MWh...
  2. 2 points
    A titre d'info, le prix de la molécule de gaz sur le marché énergétique français est à 92,366€/MWh HTT (indice PEG MI https://www.powernext.com/fr/donnees-de-marche-sur-les-produits-futures). Tous les fournisseurs qui sont indexés sur cet indice subissent cette hausse. Pour vous faire une idée : 92,366 x 0,01475 (coefficient permettant de passer de €/MWh à €/kg) + 0,076 (taxe) = 1,446 hors TVA soit 1,726€/kg TTC la molécule uniquement sur les marchés énergétiques. Il faut ensuite acheminer cette molécule de gaz sur le point de consommation (les coûts de transports du gaz, généralement GRDF et GRT Gaz), puis le coût de la station neuve (plus de 1,5 M€ voir 2M€) et enfin les coûts d'opérations (maintenance, compression et réglementation) ce qui représente moins de 0,80€/kg pour couvrir toutes ces opérations. Le prix du gaz est passé de 4€/MWh en juin 2020 à 92€/MWh en novembre 2021. Certains sont indexés directement sur le prix du gaz (PEG) et donc appliquent les hausses comme les baisses liées à cet indice. D'autre sont indexés sur le prix du pétrole (par exemple Brent) et celui ci à beaucoup moins augmenté que le gaz. La conséquence direct est que les stations GNV indexé Brent ont un prix plus intéressant actuellement mais rien ne le garantie sur le long terme. Enfin certain ont un prix fixe et ne subissent pas la hausse actuelle mais ne répercuterons pas les baisses futures. Enfin concernant le Bio, le marché est relativement complexe mais pour faire simple il est indexé sur le prix du PEG (indice cité plus haut) et décoléré des coûts de production.
  3. 2 points
    Dans cette vidéo, on expose des pistes d'explications Je ne sais pas ce que çà vaut, l'orateur m'avait paru assez partial pendant la crise du covid...
  4. 2 points
    Bonjour tout le monde ! Ci-joint des captures d'écran de mes messages Twitter qui sont restés sans réponse ou dont la réponse était à côté de la plaque. Si ca vous dit vous pouvez vous aussi vous y mettre et en rajouter une couche auprès des destinataires des messages. On n'est pas des vaches à lait non plus pour Engie et Cie. Mais si la situation vous convient, alors ne faites rien.
  5. 2 points
    J'avoue que les prix commencent à m'indiquer également ... Je me fournis majoritairement chez Engie Aix les miles... Prix annoncé cet été 1,12€/Kg sachant que j'ai la carte Engie, il y a(vait) toujours une petite réduction pour les clients pro (~1€/kg) En octobre le prix annoncé avait évolué : 1,76€/kg (GNV) . C'était la première fois de ma carrière GNV, initiée en 2015, qu'Engie GNvert modifiait les prix (je comprends la remarque de la plaque de marbre..) à l'occasion d'un week end sur Lyon début du novembre, je passe à la Station Engie de Villeurbanne et surprise : Vendredi soir ,le prix du GNV ET du BioGNV était à 1,76€, je mets donc du BioGNV pour profiter de l'aubaine en toute bienveillance... Ayant pas mal roulé durant le week-end, je décide le dimanche soir avant de reprendre la route de refaire le plein à Villeurbanne avant de repartir : stupeur le prix du du BioGNV était passé à 2,15€ durant le week-end ! De retour dans les Bouches du Rhône, le prix était passé la semaine suivante à 1,89€ annoncé, même avec la réduction pro. çà commence à poser question sur la compétitivité par rapport à l'essence... Là où je suis vraiment tombé de ma chaise c'est quand j'ai reçu le décompte de la consommation liée au compte pro : le prix de vente est passé à 2,20€/kg de GNV (meme pas Bio) pour les pro !!! plus cher qu'indiqué à la pompe pour le client particulier ! A n'y rien comprendre ... d'ailleurs y a t il (encore) quelque chose à comprendre ...?!? Si certains ont également le badge Engie pro et ont une réponse sur cet état de faits Vraiment dommage car je vois que le prix de l'essence (ou même du diesel) n'a pas eu une hausse comparable Pour reprendre la phrase d'un grand penseur : "Le prix (du méthane) augmente plus vite que le nombre d'autos (au GNV)"
  6. 1 point
    Bonjour Klyer, Vaste question ! Un document publié en novembre 2020, par le cabinet conseil Carbone4 (fondé par 2 experts des enjeux énergie-climat, Jean-Marc Jancovici et Alain Grandjean) fait le point sur la situation. Il est intitulé "TITRE = Transport Routier : Quelles motorisations alternatives pour le climat ? SOUS-TITRE = Comparaison des émissions en cycle de vie, France et Europe Auteurs = Stéphane Amant, Nicolas Meunier & Côme de Cossé Brissac" On peut le retrouver sur ce lien : https://www.carbone4.com/publication-transport-routier-motorisation-alternatives L'étude est menée pour des mises en circulation de véhicules neufs entre 2020 et 2030, avec une durée de vie de 12 ans du véhicule. Est pris en compte les évolutions les plus probables sur les caractéristiques des véhicules, et d’autre part d’une approche prospective pour l’empreinte CO2e liée à la fabrication. Plusieurs segments d'utilisation sont considérés : la voiture Citadine / la voiture Berline / l'utilitaire Grand fourgon 12 m3 / le camion 40 t Comme carburant (vecteur énergétique) sont considérés : Essence / Bioéthanol / Diesel / Biodiesel / GNV / BioGNV / Electricité / Hydrogène. Pour ces carburants, la composition 2020 est décrite et la composition 2030 y est également projetée Ensuite, voici le diagramme obtenu pour une voiture citadine achetée en 2020 avec VTH : Véhicule Thermique / VEB : véhicule électrique Batterie, on y distingue le mix énergétique France, essentiellement électricité d'origine Nucléaire donc peu carbonée, le cas Pologne avec une électricité très carbonée, la moyenne UE qui est intermédiaire. / VHR Véhicule Hybride Rechargeable. Dans cette étude, pour les véhicules particuliers (citadine), c'est clairement le véhicule 100% BioGNV qui sort le mieux du point de vue CO2. Sur la gamme Véhicule Utilitaire et Autobus, c'est le véhicule Electrique à Batterie (avec le mix français nucléaire) qui sort le mieux, et le véhicule bio-GNV est à la hauteur du Véhicule à Hydrogène (Pile à Combustible) avec de l'hydrogène issu de l'électrolyse fait avec de l'électricité 100% énergie renouvelable - autant dire peu crédible). Pour les berlines, un léger avantage au bio-GNC mais le VEB àmix français et le VEH-100%ENR suivent de près. Attention cette étude ne porte que sur l'aspect C02 (pas les autres polluants)
  7. 1 point
    Le coût de production du bioGNV est plus cher que le prix de revient du gaz naturel, donc c'est logique qu'il soit vendu plus cher. Aussi, dans le cas inverse, tout le monde achèterait du biogaz, et je ne suis pas sûre que la production française serait suffisante... La situation allemande est très différente, l'Allemagne a voulu développer à fond le biogaz, en encourageant les cultures dédiées, alors que la France les limite à 15% (pour ne pas transformer les agriculteurs en producteurs de lisiers). Je ne sais pas quel est le lien, mais disons qu'en tous cas il y a des politiques différentes qui peuvent peut-être expliquer cette différence.
  8. 1 point
    @Alberi Non je ne peux pas car il s'agit du PCS (pouvoir calorifique supérieur) qui est mesuré par GRDF. C'est une donnée que GRDF donne tous les mois au fournisseur pour qu'il puisse effectué la conversion. Ce coefficient n'est donc pas "stable" et peux varier (en gros entre 0,01450 et 0,01515 environ). Pour faire simple, plus le gaz est de bonne qualité, plus le coef sera élevé, plus il sera cher et moins vous consommerez. Moins le gaz est de bonne qualité, moins il sera cher mais plus vous consommerez. Peut être en reprenant la définition "physique" du PCS il est possible de retrouver la valeur du coef ... En terme de budget, la variation de ce coefficient est donc neutre.
  9. 1 point
    Avant de commander la Fiat, j’ai pris des renseignements chez Volkswagen. Le service commercial m’a indiqué la sortie d’un nouveau caddy gnv au premier trimestre 2022 avec une grande autonomie. La commerciale m’a indiqué que l’intérieur sera revu et sera aussi confortable.
  10. 1 point
    1,73€ le kilo ce serait bien. A la station de Endesa Wissous (91), la dernière fois que j'y suis allée, on était déjà à plus de 2,50€/kg, j'ai peur de m'y rendre à nouveau...
  11. 1 point
    Plus précisément rendez-vous ici. Sur quoi te bases-tu pour estimer que le parc de véhicules fonctionnant au gaz est en chute libre ? Le SP 95 augmente aussi.
  12. 1 point
    Pour compléter la compréhension du sujet du prix du gaz, je me permets de retranscrire ici un échange que j'ai eu avec une personne qui m'a expliqué les différents scénarios qui existent pour fixer son prix en station. Il y en aurait donc trois: contrat à prix fixe. Comme son nom l'indique, le prix restera fixe pendant une certaine durée, normalement quoi qu'il arrive. On peut assez naturellement comprendre que les tarifs ainsi négociés soient plus élevée (une "assurance" en quelque sorte) que les prix du marché à un instant T. Pour des contrats signé avant l'envolée du prix, les tarifs proposés aujourd'hui s'avèrent avantageux. Cela semble un montage assez courant pour les stations portées par les acteurs publics, mais pas seulement apparement. un prix indexé sur l'indice gasoil CNR, dans l'optique de garantir un certain avantage par rapport au diesel, pour un transporteur qui migrerait sa flotte vers du gaz. indice gasoil-CNR: https://www.cnr.fr/espaces/2/indicateurs/26?noContext=1 un prix indexé sur l'indice "PEG mensuel". Grosso-modo ça ressemble ou c'est l'indice qui suit le cours du gaz naturel au plus près. Pour l'instant, on est sur une augmentation de 285% de la moyenne annuelle. Suffit de voir les valeurs.. PEG mensuel: https://www.cnr.fr/espaces/13/indicateurs/88 BONUS: un mélange des scénarios précédents ? Selon comment sont gérés les approvisionnement de chaque opérateur de station, cela peut en partie expliquer les variations. Ce que je ne m'explique pas, c'est pourquoi le BioGNV connait lui aussi une telle variation. Si l'on part du principe que c'est un carburant produit et consommé (relativement) localement (moyennant les jeux d'écriture des garanties d'origines), ce n'est pas un produit qui est censé venir de l'autre bout de la planète, et ne devrait ainsi pas trop subir l'offre et la demande du marché mondial. La seule "explication" que j'imagine, si quelqu'un peut ou non confirmer, serait que le prix d'achat au producteur de biométhane soit indexé sur le prix du gaz fossile, auquel cas, il n'y a pas de secret, il serait alors revendu tout aussi cher en station.
  13. 1 point
    Et oui ! J'ai vu aussi... Vraiment pas une bonne pub pour le GNV et de plus pour le BioGNV Il parait que le sujet leur ait venu après la réception de courrier de riverains se plaignant d'usine de méthanisation (industrielle) Même si la fillière presente des cancres, je vois que l'envers de cash investigation qui ne parle que des catastrophes de la méthanisation sans jamais évoquer le lobby de l'électrique et des batteries de l'électromobilité. Peut être qu'un nombre accrue de mails demandant une enquête sur les terres rares contenus dans les batteries allumerait un contre feu et remettrait l'église au centre du village .... on peut rêver un peu
  14. 1 point
    Hier soir, j'ai regardé Cash Investigation. Le sujet abordé était le recyclage et la dernière partie était consacrée à la méthanisation. Dès l'introduction le ton était donné grâce au fameux spot complètement ringard présentant la méthanisation façon aérobic. Le déroulement de l'enquête bâclée s'est traduit par un réquisitoire instruit à charge fondé sur 3 contre-exemples. Il y a eu le cas du débordement de la cuve d'une unité rattachée à Engie, responsable d'une pollution de la rivière par négligence (merci Engie). Celui d'un projet scandinave qui met toute la population alentour en émoi en raison de la taille du dispositif et des risques de nuisances supposées. Puis celui d'une unité de méthanisation situé en Allemagne, qui au lieu d'utiliser essentiellement des résidus agricoles s'approvisionne en maïs pour augmenter les rendements. Décidément dans ce pays lorsqu'on aborde ce sujet, on le fait par le petit bout de la lorgnette et dans le but de discréditer toute la filière.
  15. 1 point
    Je ne sais pas où tu crèches mais en France les acteurs gouvernementaux n'ont que faire du GNV, et donc de son augmentation. Ca ne sert à rien de les interpeller là-dessus, au demeurant peu de ministres doivent savoir ce qu'est le GNV et le confondre avec le GPL. Ils ne s'intéressent qu'à l'électrique et, un peu, à l'hydrogène. Après même pour le pétrole le Gouvernement a refusé de baisser les taxes (et certains économistes estiment qu'il n'aura d'autre choix que de les augmenter pour permettre au pays d'atteindre la neutralité carbone).
  16. 1 point
    Derrière des mots d'apparence anodine peuvent se cacher des conditions qui peuvent mettre en péril toute une filière, surtout lorsque des lobbies concurrents occupent le terrain. Le bioéthanol s’impose comme carburant anti-crise (msn.com) Aujourd'hui le drame qui se joue dans la France rurale se présente sous la forme d'une incitation à produire de la matière première destinée aux agrocarburants. Certains élus locaux se réjouissent de cette idée qu'ils présentent comme étant une clé de l'indépendance énergétique, en parlant de bio-carburant vert et de cercle vertueux, comme si produire du maïs pouvait présenter un quelconque intérêt dans un contexte de dérèglement climatique, de sècheresse extrême, de scandale du glyphosate et d'appauvrissement des sols.
  17. 0 point
    Bonjour, Je possède une Golf GNV depuis 2016 avec Carte pro Engie en 2016 aussi. J'ai remarqué tout ce dont vous avez parlez. Engie m'a indiqué que les tarifs affichés a la pompe ne sont pas régulièrement mis à jour (tous les trimestre au mieux!) ce qui fait qu'actuellement, et au vu des cours du gaz, il peut parfois être plus intéressant de payer en CB plutôt qu'avec le badge (selon station). Les récents décompte de conso font effectivement peur par rapport à il y a qlq mois. Pour conclure, depuis un mois et demi je roule à l'essence et je commence à me poser la question d'un changement de véhicule... Bonne continuation.
×