Aller au contenu
Forum GNV Gaz-Mobilite.fr

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation le 08/04/2022 dans toutes les zones

  1. 2 points
    Si demain (2025) nous disposons effectivement de 500 stations BioGNV en milieu rural, qui répondent avant tout à un besoin d'avitaillement local (quelques camions, des bus de ramassage scolaire et quelques voitures et utilitaires), je en suis pas certains qu'il y aura un besoin de capacité énorme. Pour les poids lourds, il y aura toujours les "grosses" stations qui sont d'ores et déjà dimensionnées et implantées pour répondre à leurs besoins, plus quelques utilitaires et les 2/3 entreprises et particuliers qui rouleront par conviction.
  2. 2 points
    Je n'en suis pas certain. La station de Philippe Collin dans la Marne est en direct du méthaniseur (https://www.gaz-mobilite.fr/actus/haute-marne-plein-biognv-direct-methaniseur-agricole-2669.html) La station de Clottes Biogaz (Beaumontois-en-Périgord), qui dispose déjà d'une petite station pour les besoins de la ferme (tracteur, utilitaire(s), mais aussi les 4L de passage donc ) va justement elle aussi ouvrir sa station publique cet été si tout va bien. Il faut dire que l'exploitant est également vice-président de l'association des agriculteurs méthaniseur de France, alors autant montrer l'exemple !
  3. 1 point
    @Alexis, je vote pour toi (puisque c'est la période). La perspective que tu proposes me convient et j'y souscris , mais cela demande beaucoup de changement à différents niveaux. Du point de vue agriculteurs : Ne pas voir la méthanisation uniquement comme une source de diversification de revenus, mais une façon structurante de produire son énergie pour son exploitation agricole (tracteurs, voitures et utilitaires). Pour l'instant, ils ne sont pas nombreux, parmi les agriculteurs passant à la méthanisation, à penser faire fonctionner leurs tracteurs au biogaz et prendre un utilitaire à gaz, si j'en juge les articles et les déclarations qui accompagnent les témoignages des agriculteurs s'associant à des projets de méthanisation. Mais cela correspond d'ailleurs au point de vue du syndicat agricole ultra-majoritaire (la FNSEA) qui est très productiviste et très industriel dans sa vision. Si on consulte les propositions de ce syndicat pour les élections présidentielles 2022, intitulé "Replacer les femmes et les hommes au cœur du projet agricole." (lien ici https://mesure.fnsea.fr/medias/FNSEA_ELECTIONS_LEAFLET.pdf), un document de 32 pages et 30 propositions, la méthanisation est évoquée une seule fois dans la proposition 19 que je copie/colle intégralement "Faire de l’agriculture le premier fournisseur d’énergie renouvelable en 2030, en détaxant les biocarburants d’origine France en réorientant le déploiement du solaire sur les bâtiments agricoles (44 millions de m²) et en définissant un cadre sur l’agrivoltaïsme permettant la synergie entre production agricole et d’énergie, en garantissant un développement harmonieux de la méthanisation en lien avec les territoires et en garantissant des tarifs de rachat suffisamment incitatifs et de long terme pour permettre les investissements du secteur agricole." Pas grand chose sur la méthanisation et avec une vision étroitement économique !!!! Il y a encore du chemin à faire. L'autre syndicat agricole (la Confédération Paysanne) me semble plus pondéré sur le sujet (voir leur dossier de 4 pages - supplément de leur revue Campagnes Solidaires n°356 paru en décembre 2019 - attention il y a 2 ans et demi, le contexte national a évolué - lien ici https://www.confederationpaysanne.fr/sites/1/mots_cles/documents/4_pages_META_BD.pdf), en voici un extrait "Les projets de méthanisation doivent intégrer les dimensions sociales et environnementales indispensables à tout projet de territoire et permettre une réappropriation de la gestion de l’énergie, de sa production à sa consommation. Il ne s’agit pas juste de produire un débouché." Une autre perspective.... Du point de vue des porteurs de projet : Les projets sont envisagés du point de vue rentabilité, donc gros projet avec une grande zone d'approvisionnement en intrant, des allers-retours de camion pour l'approvisionnement puis pour le transport des digestats et sans vrai souci d'impliquer la population autre que par l'injection du gaz dans le réseau, ne suscitant qu'opposition. Lors d'un projet de méthaniseur, pourquoi ne parle-t-on pas aussitôt de station GNV, de possibilité de rouler au biogaz produit localement. Les AMAPs ont permis un rapprochement des consommateurs avec les producteurs dans une démarche d'engagement (contrat annuel) pour à la fois garantir une qualité de production agricole et une garantie de revenus pour le paysan. On pourrait envisager des AMAPs de l'énergie autour de méthaniseurs à échelle raisonnable. On en est loin, mais on ne sait jamais, le contexte environnemental et international peut faire évoluer les choses plus rapidement qu'on ne croit. D'ailleurs pour soutenir la perspective donnée par @Alexis, je viens de trouver, par hasard, une vidéo de 3 minutes intitulée "La méthanisation, sujet de débat au sein des syndicats d'agriculteurs" du 02 avril 2022, produite par France 3 Bourgogne-Franche-Comté. On y retrouve les nuances exprimées et les germes de la perspective d' @Alexis: lien ici
×