Aller au contenu
Forum GNV Gaz-Mobilite.fr

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation le 02/03/2022 dans toutes les zones

  1. 1 point
    [sur Polo 1.0 L 3 cyl. 90 ch. équivalent, réservoir de 9L essence] Effectivement, je confirme @Charybdis: après un plein de GNC, le moteur démarre à l'essence s'il tournait au GNC juste avant le plein. S'il était déjà passé à l'essence avant ce plein (panne "sèche" de gaz), alors il démarre au gaz directement. J'avais cru comprendre qu'il s'agissait d'un temps nécessaire à l'analyse du gaz pour connaître son pouvoir calorifique (l'afficheur informe d'une "Qualité" généralement de 100% pour un gaz naturel standard en France, en Belgique nous avons 2 réseaux selon l'endroit : gaz pauvre ou riche (teneur en méthane moins ou plus élevée, pouvoir calorifique ad hoc. Différence d'environ 12%... directement proportionnelle à l'autonomie! Constaté 90% avec du "pauvre", et lu des explications d'autres conducteurs à 80-85%). Lorsque l'on fait défiler les paramètres à l'écran, la Qualité n'apparaît pas durant les premiers km. J'en déduis que le système moteur adapte le débit de gaz injecté à la Qualité pour assurer une puissance dégagée à la combustion stable. J'aimerais connaître la technique exacte utilisée par le véhicule pour la mesure de qualité, si certains trouvent l'info... Le démarrage au gaz après panne "sèche" de gaz (pression très faible en fait, les cylindres ne seront jamais vraiment vides) peut s'expliquer par le fait qu'il faille réintroduire du gaz dans le circuit moteur pour pouvoir l'analyser (en densité-température?). Pour moi il s'agit aussi, comme expliqué par @Charybdis, de solliciter l'injecteur essence afin de garder le circuit fonctionnel, et lubrifier le moteur/les cylindres par ce carburant liquide. Environ 2 km parcourus avant de revenir, automatiquement, au GNC. Imperceptible, sauf à l'œil surveillant le tableau de bord. Le ronronnement moteur est légèrement différent tout de même mais c'est une sensation a posteriori.
  2. 1 point
    Je n'avais pas lu cette question. Je m'approche des 10 500 km et ma conso moyenne GNV tourne autour de 4kg/100 sur des parcours mixtes. Si je jette un œil sur mon tableau qui résume tous les pleins effectués depuis le début, j'en ai fait 5 au SP95 en comptant celui de ce week-end. Petite précision d'ordre technique : J'ai constaté que si je fais mon plein de GNV avant de tomber en panne de GNV, lorsque je vais démarrer, le moteur va tourner quelques minutes à l'essence avant de commuter tout seul au GNV puis se mettre automatiquement en mode mono injection jusqu'au prochain plein de GNV ou jusqu'à la prochaine panne de GNV. En revanche, lorsque je cherche la panne de GNV pour consommer mon SP95, je constate qu'au démarrage qui suivra mon plein de GNV le moteur sera directement alimenté au GNV. J'en déduis que le système est programmé pour alimenter le moteur à l'essence que lorsque cela est nécessaire. Je trouve cela particulièrement judicieux parce c'est un moyen de privilégier le fonctionnement GNV tout en préservant le mode essence de manière efficace. Jusque là toutes les installations gaz que j'avais pu observer, qu'il s'agisse de GPL ou de GNV (montages d'origine ou pas) comportaient systématiquement deux calculateurs : le calculateur d'origine (essence) et le calculateur gaz. Généralement la stratégie consiste à neutraliser le calculateur d'origine lorsque le mode gaz est choisi afin que le calculateur gaz prenne le relais. Dans cette configuration, chacun des deux calculateurs intervient à tour de rôle selon le positionnement d'un interrupteur. Or ce qui semble caractériser l'ingénierie TGI/ G-TEC c'est une configuration globalement conçue pour assurer la pérennité d'un système combinant 2 carburants qui seraient gérés par le même calculateur d'origine.
×