Aller au contenu
Forum GNV Gaz-Mobilite.fr

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 23/05/2021 dans toutes les zones

  1. 7 points
    Ce qui m'interpelle, c'est que SEVEN a reçu de l'argent public français ainsi que de l'Europe et que tant le contribuable français que le citoyen européen n'y ont pas accès au paiement par CB ou par Romac Fuels comme alternative. Ceci d'autant plus que certaines stations sont situées dans des endroits touristiques comme à Nice où c'est la seule station, bientôt à Perpignan ou ailleurs, ce qui draine aussi un public venu de loin en France ou de l'étranger, et qui ne prendront pas le badge SEVEN pour leur passage. Des comptes pourraient être demandés aux élus locaux ou régionaux qui ont délivré les autorisations pour ces stations sans CB, sans avoir pris la précaution de faire figurer un terminal CB dans le cahier des charges. Dans des appels à offre pour stations GNC dans d'autres régions, j'avais lu qu'un terminal CB faisait partie des requis.
  2. 5 points
    Bonjour, Dans l'article initial du Monde cité par Bac, il est quand même révélateur qu'un éleveur ayant eu des responsabilités au sein de la FNSEA ait changé d'avis concernant d'avis concernant la méthanisation au vu du "développement rapide de la filière, sous perfusion d’argent public, et son impact sur le monde agricole". On imagine la réaction des autres citoyens plus éloignés de ce sujet, ils ne peuvent y voir que des nuisances. Si ces opérations n'apparaissent que comme des surfaces de terre qui disparaissent, productrices d'effluents désagréables, amenant un manège d'allers et retours de camions, et support de montages financiers aspirant des fonds publics, peu de chance de recevoir l'assentiment de la population concernée. Une étape de plus, vers de l'industrialisation agricole. Et une production de méthane pour quoi en faire ? Remplir le réservoir des camions pour du GNV ou GNL en substitution du diesel... Pourquoi ne pas prendre plus le temps de l'information sur la production et l'utilisation du méthane. Côté production, on peut montrer une production d'énergie locale remplaçant une énergie fossile, la diminution de certains effluents agricoles notamment en provenance des élevages. Côté utilisation, on peut montrer que le véhicule particulier peut fonctionner au GNV, permettant aux citoyens d'avoir un véhicule fonctionnant à une énergie produite localement, vers une indépendance des aléas mondiaux et que ce ne sont pas seulement les camions qui peuvent utiliser ce gaz. Côté planète, on peut s'appuyer sur les rapports du bureau d'études "Carbone 4" qui montrent que le véhicule roulant 100% au bioGNV est le moins mauvais véhicule en rapport avec les gaz à effet de serre devançant le véhicule électrique. Les acteurs institutionnels ont un rôle à jouer. L'AFGNV ne doit pas seulement parler du GNV ou GNL pour les poids lourds comme c'est le cas actuellement, et parler du bioGNV comme alternative valable à l'essence et diesel pour les particuliers et ne pas laisser le lobby électrique seul sur ce secteur. Le syndicat agricole FNSEA ne voit qu'une agriculture hyper-productive et exportatrice en ne souciant peu de l'apport citoyen et environnemental dans un territoire. Il ne faudrait pas que les avis positifs sur le bioGNV donné par l'association "France Nature Environnement" (lien ici) ou par le syndicat agricole La confédération paysanne (lien ici) ne se transforme en opposition à cause du gigantisme (voir article de l'Association des Amis de la Terre en lien ici). Cela est résumé dans une prise de parole issue de ce dernier article : « La méthanisation doit s’adapter aux moyens et à la taille de la ferme, et pas le contraire ». La production de cultures avec comme destination la production énergétique est un non-sens qui fera l'unanimité contre le biogaz. En prenant le temps de l'information et la concertation, il est sans doute possible d'avoir des projets soutenus par les citoyens. Ainsi dans le domaine de l'énergie renouvelable, il y a l'association "Énergie partagée" (lien ici) qui joue ce rôle. Voici un extrait de leur site pour résumer leur action "la vocation d’Énergie Partagée est d’accompagner une réappropriation de l’énergie par les citoyens, non seulement financièrement par leur implication au capital de ces projets de territoires, mais aussi par une participation active aux réflexions de fond qui composent une transition énergétique durable et partagée." Beaucoup de projets sont dans le solaire ou l'éolien, mais dans le domaine de la méthanisation, Énergie Partagée cofinance 6 projets : - un projet en développement à Maen Roch dans le Coglais en Ille-et-Vilaine (lien ici) - un projet en développement à Fossé près de Blois (Loir-et-Cher) (lien ici) - un projet en fonctionnement à Saint-Denis-sur-Coise dans les Monts du Lyonnais (Loire) (lien ici) - un projet en développement à Centrès (Aveyron) (lien ici) (si vous n'ouvrez qu'un lien, prenez celui-ci le plus détaillé) - un projet en fonctionnement à Préchacq-Navarrenx (Pyrénées-Atlantiques) (lien ici) - un projet en développement à Chalandry-Elaire (Ardennes) (lien ici) Après une lecture rapide, ces projets en développement ou déjà en fonctionnement injecte du méthane dans le réseau gaz ou pour la production d'électricité (!!), mais un projet station GNV pourrait aussi être possible. Comme quoi, une méthanisation locale impliquant les citoyens c'est possible.
  3. 5 points
    Bonjour, je suis nouveau sur le forum. Soucieux de notre empreinte écologique, je devrai bientôt remplacer ma voiture actuelle (en 2023) et me renseigne sur les voitures au GNC. Mon choix actuel se porterai sur la Seat Leon TGI break (modèle 2021 – moteur 1.5 130 CH, couple 200, autonomie GNC proche de 400 km) ou alors la VW Golf VIII TGI Variant (j'habite en Belgique où elle est disponible). Le réseau de stations GNC est assez bien rempli en Belgique, et j'ai 2 stations GNC proches, une à 5 km et l'autre à 15 km. Je passe la majorité de mes vacances en France où je trouve que le réseau progresse bien avec beaucoup de stations en construction ou en projet. Bien sûr nous en voudrions toujours plus. Mais je crois qu'on peut déjà se déplacer actuellement, bien que certains endroits en dehors des grands axes soient parfois peu ou pas servis. Voilà, une petite présentation d'un futur gazier. A bientôt.
  4. 4 points
    https://www.leblogauto.com/2021/09/gnv-lautre-alternative-automobile-plus-propre.html
  5. 4 points
    Après ma virée en Bretagne (Wissous, Vannes, Brest, et retour), je confirme que pour moi ça a été un plaisir : pas une goutte d'essence consommée, pas une station en rade, et pas mal de biogaz proposé. Ca m'a fait tout bizarre de passer à proximité immédiate de stations GNV et même bioGNV et de ne pas m'y arrêter parce que, eh bien, je n'avais pas besoin ! Moi qui ai l'habitude de partir en vacances dans le no-GNV land (quoique l'ouverture de la station d'Olemps va bien me faciliter la vie)... Avec mention spéciale à la station de Morlaix qui ne propose que du bioGNV (produit localement) au tarif unique de 1,032 € / kg.
  6. 4 points
    Station ouverte il y a peu, maintenant inaugurée. Quelques infos ici: RTBF Inauguration de la plus grande station CNG de Belgique Autre article La DH Pour une fois on entend dans les média qu'il est étrange que ce ne soit pas plus mis en avant 🥳, vs. le tapage Électrique. Néanmoins, ils ne donnent pas la vraie réponse à "pourquoi peu d'engouement ?" ... : Les conducteurs achètent d'abord s'ils peuvent ravitailler le véhicule (et en Belgique on est habitués à une densité de pompes à essence très élevée !).
  7. 3 points
    Pour reprendre le titre de l'article de Zola dans l'Aurore, suite à l'article sur le panorama bioGNV 2020 (lien de l'article de la rubrique actualité ici) publié par l'AFGNV (le rapport pdf disponible ici). En voici le sommaire - éditorial du secrétaire général - stations GNV/bioGNV un réseau qui se densifie et maille le territoire - un déploiement en avance sur les objectifs nationaux - des solutions innovantes au service des utilisateurs - toujours plus de bioGNV : vers une mobilité durable et décarbonée - analyse de cycle de vie : le biognv affiche le meilleur bilan carbone pour les poids lourds - biognv/gnv : une alternative de choix pour un transport et une mobilité durables - autocars, bus et poids lourds en pointe sur les immatriculations - biognv/gnv un carburant plébiscité par les transporteurs, la grande distribution et les collectivités C'est un satisfecit pour la hausse de l'utilisation du bioGNV, dans le milieu professionnel, les camions, les bus, les autocars, les véhicules de voirie, les immatriculations en hausse, les nouveaux véhicules lourds créés pour le GNV Mais l'AFGNV sait-il qu'il existe aussi que des usagers particuliers souhaiteraient aussi circuler en bioGNV/GNV ? Et là silence absolu : - pas un mot sur l'absence totale des constructeurs français sur les véhicules légers en motorisation GNV - pas un mot pour ces stations GNV dites "publiques" qui ne permettent pas le paiement pour les particuliers - pas un mot pour plaider pour des stations GNV avec "un lieu toilettes" car les conducteurs et passagers ont des besoins liquides et non gazeux à satisfaire - pas un mot pour dire que le gnv est aussi une solution viable pour le déplacement des véhicules légers - pas un mot pour s'étonner du beau fixe côté professionnels et l'horizon toujours nuageux pour les particuliers L'AFGNV semble avoir signé un marché de dupes en optant pour le marché des transports lourds et utilitaires et en cédant le marché des particuliers au tout électrique. Pourtant : - l'analyse en cycle de vie : le biognv affiche aussi un meilleur bilan carbone pour les véhicules légers que l'électrique - la gabegie gouvernementale qui va jusqu'à 12000€ d'aide à l'achat de l'électrique alors que le gnv peut fonctionner sur des véhicules avec des adaptations à moindre coût Sur son site l'AFGNV présente ses missions ainsi : - communiquer sur les enjeux de la filière, sur les bénéfices et les caractéristiques des technologies, - accompagner le déploiement du GNV en France - promouvoir la place du GNV/bioGNV dans le mix énergétique, - partager les retours d’expérience entre utilisateurs et fournisseurs de solutions - développer les bonnes pratiques des acteurs de la filière. L'AFGNV faillit à ses missions en ignorant totalement la place du bioGNV/GNV pour les véhicules légers et les particuliers. Pourtant l'AFGNV pourrait y avoir un rôle, rendant le bioGNV/GNV plus connu et populaire auprès du grand public, ce qui mettrait également de la proximité entre le public, les transporteurs et les agriculteurs méthaniseurs. Il est quand même paradoxal que le meilleur avocat concret sur le terrain pour les véhicules légers des particuliers en France soit un acteur belge, ROMAC Fuels, qui offre une carte d'accès gratuite aux stations pour les particuliers et qui œuvre pour la prise en compte de ces cartes dans les stations des différentes marques. M. Guillaume Laroque, nouveau président de l'AFGNV, M. Gilles Durand, secrétaire général, vous ne vivez pas la même réalité que nous particuliers ayant fait le choix du GNV ! Quand vous écrivez dans le panorama publié "Le maillage du territoire, dans les agglomérations et sur les principaux axes routiers et autoroutiers, permet aux véhicules roulant au gaz de traverser la France sans souci. " C'est FAUX, sauf en traversant la France en zigzag et en quadruplant sa distance de parcours mais en se retrouvant dans l'impossibilité de se ravitailler faute de moyens de paiement pour le public.
  8. 3 points
    Vue sur une plage du Nord-Pas de Calais
  9. 3 points
    Merci pour votre commentaire. Ma compagne et moi, respectivement propriétaires d'une VW Golf à gaz GNV et d'une Seat Leon à gaz GNV, tenons à ne plus rouler autrement qu'avec du GNV à très haute teneur de biogaz. Nous suivons évidemment les bonnes pratiques et les règles que vous énoncez. Le problème de fuite avec la Seat Leon n'est donc pas là. Quant à la VW Golf, je ne saurais dire si elle rencontrerait ce même problème, car elle ne roule pour ainsi dire qu'à Genève, où il n'y a que des pistolets sans fuites. Quelle est donc l'origine de cette fuite avec les "canons" rencontrés en France et en Italie? J'ai posé la question à des "technico-commerciaux" et à des mécaniciens du concessionnaire genevois pour les VW à gaz et les Seat Leon : grandes explications bouleversantes du type "faut pas confondre GPL et GNV" et "en France, on utilise pas le même gaz qu'en Suisse". Mais personne n'y en sait rien de précis manifestement. Affligeant! C’est grâce aux commentaires très avertis sur ce site et dont je remercie vivement les auteurs qu'une piste sérieuse se dessine: l'absence de joint torique. Car, il n'y a effectivement pas ce joint ma Seat Leon. Merci donc tout particulièrement au "Suisse" - il n'est donc pas le seul sur ce site - qui a indiqué un lien URL très utile en Allemagne, où j'ai aussitôt commandé 6 joints toriques O-Ring 9mm. Une fois ce joint installé, je ferai part ici du résultat de cette "réparation". Quoi qu'il en soit, vive les voitures à gaz GNV que je pratique sans le moindre problème depuis 5 ans. Elles permettent à la fois de contrer, d'une part, "l'urgence climatique" (un peu) à la quelle contribuent grandement les bagnoles à essence ou diesel et, d'autre part, "l'urgence de fin de mois" ressassée par les soi-disant "gilet jaunes", lesquels sont avisés à se mettre au GNV 30-40% moins cher, tout en arrêtant à s'opposer aux taxes incitatives (cf. la "Taxe poids lourds" helvétique, "Mobility pricing" en gestation etc.) qui doivent impérativement pénaliser les déplacements avec des énergies fossiles.
  10. 3 points
    En complément, trouvé sur le forum de nos voisins belges néerlandophones Aardgasrijder (https://www.aardgasrijder.be/forum/topic/55-cng-sticker/?page=7 ), le lien vers le cadre définit au niveau de l'Europe (https://unece.org/fileadmin/DAM/trans/main/wp29/wp29regs/2015/R110r3e.pdf) L'obligation de l'autocollant GNC ou GNL, au niveau européen, ne concerne que les catégories M2, M3, N2, N3. Sont donc concernés les véhicules de transport de passagers de plus de 6 places (M) et de marchandise (N). Mais pourquoi donc l'imposer dans certains pays sur les véhicules légers ?
  11. 3 points
    Bonjour, J'ai eu un véhicule au GNV de 2013 à 2020. J'utilisais l'application italienne aMetanoauto qui fonctionnait très bien. En Italie, le GNV n'est pas en libre service, il faut donc se méfier les week-ends et jours fériés, un certain nombre e stations ne sont pas disponibles. C'est justement bien répertorié dans l'application que je citais, et, je suppose, dans les autres qui ont été proposées. Bon courage
  12. 3 points
    Je n'avais pas lu cette question. Je m'approche des 10 500 km et ma conso moyenne GNV tourne autour de 4kg/100 sur des parcours mixtes. Si je jette un œil sur mon tableau qui résume tous les pleins effectués depuis le début, j'en ai fait 5 au SP95 en comptant celui de ce week-end. Petite précision d'ordre technique : J'ai constaté que si je fais mon plein de GNV avant de tomber en panne de GNV, lorsque je vais démarrer, le moteur va tourner quelques minutes à l'essence avant de commuter tout seul au GNV puis se mettre automatiquement en mode mono injection jusqu'au prochain plein de GNV ou jusqu'à la prochaine panne de GNV. En revanche, lorsque je cherche la panne de GNV pour consommer mon SP95, je constate qu'au démarrage qui suivra mon plein de GNV le moteur sera directement alimenté au GNV. J'en déduis que le système est programmé pour alimenter le moteur à l'essence que lorsque cela est nécessaire. Je trouve cela particulièrement judicieux parce c'est un moyen de privilégier le fonctionnement GNV tout en préservant le mode essence de manière efficace. Jusque là toutes les installations gaz que j'avais pu observer, qu'il s'agisse de GPL ou de GNV (montages d'origine ou pas) comportaient systématiquement deux calculateurs : le calculateur d'origine (essence) et le calculateur gaz. Généralement la stratégie consiste à neutraliser le calculateur d'origine lorsque le mode gaz est choisi afin que le calculateur gaz prenne le relais. Dans cette configuration, chacun des deux calculateurs intervient à tour de rôle selon le positionnement d'un interrupteur. Or ce qui semble caractériser l'ingénierie TGI/ G-TEC c'est une configuration globalement conçue pour assurer la pérennité d'un système combinant 2 carburants qui seraient gérés par le même calculateur d'origine.
  13. 3 points
    Je considère également qu'un véhicule électrique n'a rien de vertueux mais pas pour les mêmes raisons. A mon avis le problème n'est pas la production d'électricité renouvelable émanant des éoliennes puisqu'en France elles sont quasiment inexistantes et qu'elles sont copieusement diabolisées par un cortège de personnalités en mal de notoriété. Pour moi le véritable danger de l'électromobilité est indissociable de nos centrales nucléaires obsolètes, de leur démantèlement, du coût de leur remplacement, et de l'impossibilité de gérer le stockage des déchets radioactifs. Si on devait établir une échelle de dangerosité, les éoliennes et les réacteurs nucléaires ne boxeraient pas dans même catégorie. Je suis d'accord et j'ajoute que chaque véhicule électrique vendu en France se traduit surtout par des aides qui indirectement profitent à l'ingénierie chinoise puisqu'on ne fabrique rien.
  14. 3 points
    Je ne suis pas du tout spécialiste de gestion d'entreprise, mais 3 exercices négatifs consécutifs, pour une start-up dans un domaine novateur, est-ce vraiment inquiétant ? Gap'up a manifestement trouvé des gros investisseurs (que je suppose avisés) pour racheter Naturgy... Qu'il faille passer par 3 années négatives avant d'engranger le fruit de son travail ne me surprend pas outre-mesure. Quant à la guerre des prix, y en a-t-il vraiment une ? Personnellement, le prix n'est absolument pas un critère pour aller dans une station GNV plutôt qu'une autre ! De toute façon, le GNV revient toujours largement moins cher que l'essence. Il n'y a pas du tout assez de stations pour se permettre de raisonner ainsi ! Je suis bien contente d'avoir trouvé une station à Rodez qui propose du biogaz, je n'aurais pas fait la difficile, même si ça avait été un peu plus cher. En revanche, ça peut être un critère pour quelqu'un qui doit choisir son futur véhicule et donc son futur carburant, de constater que le GNV est beaucoup plus économique.
  15. 3 points
    Bonjour ce matin à la station Engie de Saint Witz (95). Je découvre que la carte super U carburant est acceptée chez Engie . Vivement la carte Romac . Par contre pas vu de carte de DKV. Sides personnes ont des infos sur cette carte !!!
  16. 3 points
    Alexis, Les Gaziers, Les stations Molgas en France et en Espagne seront prochainement dans notre réseau. Bonne journée, Samuel
  17. 3 points
    Les gaziers et Monsieur Alex, Nous sommes en train de faire l'interopérabilité de la carte ROMAC avec les stations Avia & Primagaz en France. donc vous pourrez bientôt également utiliser la Romac ! Mais pas la CB
  18. 3 points
    Bonjour Seb, j'avais pris contact avec eux et avais reçu un formulaire à remplir. Je vous le mets en pièce jointe. On peut faire la demande de badge même en étant un particulier. Je n'ai pas encore franchi le pas car à proximité de Montpellier, une station Avia va arriver prochainement avec accès par CB. Donc bon, si je peux m'éviter un badge supplémentaire pour un ou deux pleins par an... Bonne journée. Alex Fiche demande accès station.docx
  19. 3 points
    Bonjour, je suis retombé sur ce schéma qui vous aidera à comprendre comment fonctionne une station GNLC: Il n'y a pas de compresseur mais une pompe, contrairement à ce que j'avais affirmé plus haut. Néanmoins, cela permet d'avoir un meilleur rendement énergétique sur la station. Comme dit Alberi, je pense que la température du GNC en sortie doit être plus fraiche, entrainant un moindre échauffement du gaz lors de la phase de remplissage et engendrant donc, une masse embarquée de GNC plus importante. Je l'avais constaté l'année dernière avant un périple Annecy-Bordeaux: plein réalisé en GNLC à St Priest, j'ai parcouru 550km sur le GNC (en roulant souvent à 110 car aucune station avant Bordeaux) avant de passer à l'essence. ça doit jouer, clairement. Bonne journée. Alex
  20. 3 points
    Bonjour @Samuel Bodin, c'est avec plaisir que je m'en sers. Mais faisant mon plein de manière hebdomadaire sur une station Engie avec CB, je n'ai pas la possibilité d'utiliser la carte Romac plus souvent. Il ne reste plus qu'à la déployer chez Engie (ou Seven pour les virées dans le sud) Bonne journée. Alex
  21. 3 points
    Merci pour les renseignements sur la carte Romac fuels Samuel : je me suis procuré effectivement facilement une carte. Je ne l'ai utilisée pour l'instant (3 fois) qu'à la station de St Martin de Crau, l'utilisation est aisée, et je reçois en fin de mois un relevé par email de ce que j'ai consommé en fichier excel. Cette carte va me permettre de m'avitailler dans des zones où il n'y a pas de station avec CB (Mâcon, Auxerre...). Je recommande aux particuliers circulant dans toute la France de se procurer cette carte. A+ Patrick
  22. 3 points
    Bonjour Alexis, Merci pour ce lien intéressant. Mais alors à partir de quand un véhicule relève du type EN (Bicarburation essence-gaz naturel) ou du type GN (Gaz naturel) puisque tous ces véhicules ont un réservoir GNV et un réservoir Essence ? En cherchant, j'ai trouvé le lien suivant, qui est un texte européen intitulé " Règlement (CE) no 692/2008 de la Commission du 18 juillet 2008 portant application et modification du règlement (CE) no 715/2007 du Parlement européen et du Conseil du 20 juin 2007 relatif à la réception des véhicules à moteur au regard des émissions des véhicules particuliers et utilitaires légers (Euro 5 et Euro 6) et aux informations sur la réparation et l’entretien des véhicules". Il y est indiqué : "«véhicule à mono-carburation», un véhicule monocarburant qui fonctionne principalement au GPL, GN/biométhane ou à l’hydrogène mais peut aussi être doté d’un circuit d’essence utilisé uniquement en cas d’urgence ou pour le démarrage, et dont le réservoir à essence a une contenance maximale de 15 litres;". C'est donc cette capacité limite des 15 litres essence qui rend un véhicule GNV éligible au type GN (et au montant des cartes grises à prix réduit). Les véhicules GNV à grande capacité de réservoir tel que les VW Golf TGI (55 l), Fiat Fiorino (45l), Fiat Panda (35l), Fiat Doblo (22l) (selon le catalogue GRDF d'octobre 2020 des véhicules fonctionnant au GNV - voir lien ici) devraient donc être du type EN.
  23. 3 points
    Très bonne remarque. Sur les cartes grises françaises, il existe également ces deux distinctions: EN: Bicarburation essence-gaz naturel GN: Gaz naturel Il y a même pleins de variantes utilisant le gaz naturel Pour le GPL, il existe également ces variantes mais aussi du GPL seul (monocarburation "GP") source En regardant la carte grise de ma Leon, et bien elle est en GN
  24. 3 points
    C'est également ce que je crois. La combinaison décidée par VAG consiste à proposer des véhicules prédisposés à rouler essentiellement au GNV, la réserve de sp95 n'étant là que pour dépanner.
  25. 3 points
    En effet et c'est pareil sur l'Ibiza et l'Arona. Il y a une astuce qui consiste à les mettre en position de maintenance. Position de maintenance (remplacement des balais essuie-glaces) Vérifiez que les balais ne sont pas gelés. Connectez puis coupez le contact d'allumage puis (après environ 9 secondes), déplacez la manette des essuie-glaces vers la position balayage court. Les balais se déplacent à la position de maintenance. En position dite de maintenance les essuie-glace peuvent être levés sans être gênés par le capot.
×